marcel barang

Posts Tagged ‘song’

Walk on the Wild Side

In English, French, Reading matters on 29/10/2013 at 1:21 pm

En voilà bien une tournure (américaine) qui souffre trente-six traductions, toutes approximatives ! Je n’en ai gardé que trois.

Walk on the wild side

« Sors des sentiers battus »

Holly came from Miami, F.L.A.
Hitch-hiked her way across the U.S.A.
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She says, “Hey babe, take a walk on the wild side”
He said, “Hey babe, take a walk on the wild side”

Holly venait de Miami en Floride
Ayant traversé les États-Unis en stop
S’est épilé les sourcils en chemin
S’est rasé les jambes et voilà comment « elle » il devint
Elle dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
Et lui, « Hé, mon chou, goûte au fruit défendu »

Candy came from out on the island
In the backroom she was everybody’s darlin’
But she never lost her head
Even when she was giving head
She says, “Hey babe, take a walk on the wild side”
He said, “Hey babe, take a walk on the wild side”

Candy est venue à New York de quelque part ailleurs
Dans les coulisses tout le monde n’en avait que pour elle
Mais elle n’a jamais perdu la tête
Même quand elle taillait des pipes
Elle dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
Et lui, « Hé, mon chou, goûte au fruit défendu »

And the colored girls go
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Et les filles black qui font
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Little Joe never once gave it away
Everybody had to pay and pay
A hustle here and a hustle there
New York City’s the place where they said
“Hey babe, take a walk on the wild side”
I said, “Hey Joe, take a walk on the wild side”

Le p’tit Joe n’a jamais fait de cadeau
Tout le monde devait toujours raquer
Une passe par ci et une passe par là 
New York City c’est l’endroit où on dit
« Hé, mec, sors des sentiers battus »
J’ai dit, « Hé, Joe, goûte au fruit défendu »

Sugar Plum Fairy came and hit the streets
Lookin’ for soul food and a place to eat
Went to the Apollo, you should’ve seen ’em go go go
They said, “Hey Sugar, take a walk on the wild side”
I said, “Hey babe, take a walk on the wild side”
Alright, huh

Sugar Plum le Pédé est venu et a fait le tapin
En quête de bouffe du Sud, d’un endroit où croûter
L’est allé à l’Apollo*. T’aurais dû les voir s’activer
Ils disaient, « Hé, Sugar, goûte au fruit défendu »
J’ai dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
D’accord, quoi

* L’Apollo Theater, un music-hall new-yorkais dans le quartier de Harlem.

Jackie is just speeding away
Thought she was James Dean for a day
Then I guess she had to crash
Valium would have helped that bash
She said, “Hey babe, take a walk on the wild side”
I said, “Hey honey, take a walk on the wild side”

Jackie carbure juste aux amphés
Se prenant pour James Dean le temps d’une journée
Puis j’imagine qu’elle a dû se pieuter
Le valium l’aura aidée à s’éclater
Elle disait, « Hé, mec, opte pour le côté obscur »
J’ai dit, « Hé, chérie, sors des sentiers battus »

And the colored girls say
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Et les filles de couleur qui disent
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Advertisements

A thousand kisses deep (2)

In English, French, Reading matters on 10/06/2012 at 3:49 pm

=
Last night, a snafu in emails (thanks, GB!) made me aware of a second version of ‘A thousand kisses deep’, the one poignantly recited rather than sung by Leonard Cohen in London some four years ago (youtube.com/watch?v=5NZPrwgYe60). Amazingly it has nothing in common with the first version (see 15/12/2009 entry) except for the title line. So – better late than never or, as we say in ludic French, vieux motard que j’aimais – I couldn’t resist the pleasure to turn it into French.
[PS: Went a bit too fast yesterday, so some corrections, as suggested by my favourite editor, are in order.]

A thousand kisses deep (recited version – Leonard Cohen, 2008)

Au fin fond de mille baisers (version récitée)

You came to me this morning
And you handled me like meat
You’d have to be a man to know
How good that feels, how sweet

Tu es venue à moi ce matin
Et m’as manié palpé comme un morceau de la viande
Faudrait que tu sois un homme pour savoir comprendre
Le plaisir que ça fait, la douceur que c’est

My mirror twin, my next of kin
I’d know you in my sleep
And who but you would take me in
A thousand kisses deep

Ma sœur à l’identique, ma proche parente
Je te reconnaîtrais dans mon sommeil
Et qui sinon toi m’abuserait
Au fin fond de mille baisers

I loved you when you opened
Like a lily to the heat
You see I’m just another snowman
Standing in the rain and sleet

Je t’ai aimée quand tu t’es ouverte
Comme un lys à la chaleur
Tu vois je ne suis qu’un de ces bonhommes de neige
Debout sous la pluie et la neige fondue

Who loved you with his frozen love
His second-hand physique
With all he is and all he was
A thousand kisses deep

Qui t’a aimée de son amour gelé
De son physique d’occase
De tout ce qu’il est, de tout ce qu’il fut
Au fin fond de mille baisers

I know you had to lie to me
I know you had to cheat
To pose all hot and high
Behind the veils of sheer deceit

Je sais que tu as dû me mentir
Je sais que tu as dû tricher
Pour poser brûlante et défoncée
Sous des voiles de la pure tromperie

Our perfect porn aristocrat
So elegant and cheap
I’m old but I’m still into that
A thousand kisses deep

Notre aristocrate porno parfait
Si élégant et facile
Je suis vieux mais toujours accro [/je persévère]
Au fin fond de mille baisers

I’m good at love, I’m good at hate
It’s in between I freeze
Been working out but it’s too late
(It’s been too late for years)

Je suis doué pour l’amour, doué pour la haine
C’est entre les deux que je me fige
Je m’entraîne mais c’est trop tard
Ça fait des années que c’est trop tard

But you look good, you really do
They love you on the street
If you were here I’d kneel for you
A thousand kisses deep

Mais tu as l’air en forme, oui, vraiment
Les gens dans la rue t’adorent
Si tu étais là je m’agenouillerais pour toi
Au fin fond de mille baisers

The autumn moved across your skin
Got something in my eye
A light that doesn’t need to live
And doesn’t need to die

L’automne a parcouru ta peau
J’ai quelque chose dans l’œil
Une lumière qui n’a pas besoin de vivre
Et n’a pas besoin de mourir

A riddle in the book of love
Obscure and obsolete
And witnessed here in time and blood
A thousand kisses deep

Une énigme dans le livre de l’amour
Obscure et obsolète
Dont témoignent ici le temps et le sang
Au fin fond de mille baisers

But I’m still working with the wine
Still dancing cheek to cheek
The band is playing ‘Auld Lang Syne’
But the heart will not retreat

Mais je continue d’apprécier le vin
De danser joue contre joue
L’orchestre joue ‘Auld Lang Syne’
Mais le cœur refuse de battre en retraite

I ran with Diz, I sang with Ray
I never had their sweep
But once or twice they let me play
A thousand kisses deep

Je me suis enfui avec Diz, j’ai chanté avec Ray
Je n’ai jamais eu leur envergure
Mais une fois ou deux elles ils m’ont laissé jouer
Au fin fond de mille baisers

I loved you when you opened
Like a lily to the heat
You see I’m just another snowman
Standing in the rain and sleet

Je t’ai aimée quand tu t’es ouverte
Comme un lys à la chaleur
Tu vois je ne suis qu’un de ces bonhommes de neige
Debout sous la pluie et la neige fondue

Who loved you with his frozen love
His second-hand physique
With all he is and all he was
A thousand kisses deep

Qui t’a aimée de son amour de glace
Et de son physique usagé
De tout ce qu’il fut, de tout ce qu’il est
Au fin fond de mille baisers

But you don’t need to hear me now
And every word I speak
It counts against me anyhow
A thousand kisses deep

Mais tu n’as pas besoin de m’entendre à présent
Et tous les mots que je dis prononce
Ça compte Jouent contre moi de toute façon
Au fin fond de mille baisers

Festival Brel – 1

In English, French, Reading matters on 08/02/2011 at 7:43 pm

.

After Cabrel, Brel. It was fun translating a contemporary troubadour. I’ll download more of his songs in translation at lyricstranslate.com when I have a moment.
Now allow me to celebrate a bard better suited to my age: Jacques Brel (1929-78) delighted my youth, his way with words rubbed off on mine, his voice still echoes in deep recesses of my calabash. He was this rare creature: a Belgian singer with an unflattering surname (look up brêle) every Frenchman thought was French and forgave for his occasional lapses into belgitude. Was he the first who said ‘Je suis Belge mais je me soigne’? The way I’m wont to say, Nobody’s perfect: I’m French.
Anyway, what better way to start this tour de chant than with an all-time masterpiece I hope I’m not betraying too much? You’ll find it at youtube.com/watch?v=Gy-Y6DudhY0&feature=related.

Les vieux – Jacques Brel – 1963

Old folk

Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n’ont plus d’illusions et n’ont qu’un cœur pour deux
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan
Que l’on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d’avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d’hier
Et d’avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières ?
Et s’ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends ?

Old folk no longer talk or else at times merely from the tip of their eyes
Even when rich they are poor, they have no more illusions and the same heart for two
Their homes smell of thyme, neatness, lavender and vintage turns of phrase
Even if we live in Paris we all live in the sticks if we live too long
Is it from having laughed too much that their voices crack when they speak of the past?
And from too much weeping that tears still form beads on their eyelids?
And if they quaver a bit, is it from seeing growing old the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, saying: I’m waiting for you?

Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s’ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s’ils sortent encore bras dessus, bras dessous, tout habillés de raide
C’est pour suivre au soleil l’enterrement d’un plus vieux, l’enterrement d’une plus laide
Et le temps d’un sanglot, oublier toute une heure la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Old folk no longer dream; their books are left to slumber; their pianos are closed shut
‘The little cat is dead’; the Sunday muscatel no longer makes them sing
Old folk no longer move, their gestures are too wrinkled, their world is far too small
From the bed to the window then from the bed to the chair and then from the bed to the bed
And if they still go out arm in arm, all clad in stiffness
It’s to attend in the sun the burial of an older man, the burial of an uglier woman
And, in the crack of a sob, forget for a whole hour the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no and then waiting for them

Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l’autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n’importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s’excusant déjà de n’être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t’attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

Old folk do not die; they fall asleep one day and sleep too long
They hold hands, afraid to lose each other and yet lose the other one does
And the other remains there – the better or the worse, the gentle or the stern
It doesn’t matter: the one of the two left behind finds herself in hell
You will see her perhaps, you will see him sometimes, in the rain and in grief
Going through the present already apologising for not being further along
And shunning before you one last time the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, telling them: I’m waiting
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, and then waiting for us

Festival Cabrel – 11

In English, French, Reading matters on 01/02/2011 at 8:41 pm

.

De la magie des mots et du dénuement musical. C’est sur youtube.com/watch?v=85lKsSCZm4k.

Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai – Francis Cabrel – 1994

I’ve loved you, I love you and I always will

Mon enfant nue sur les galets
Le vent dans tes cheveux défaits
Comme un printemps sur mon trajet
Un diamant tombé d’un coffret
Seule la lumière pourrait
Défaire nos repères secrets
Ou mes doigts pris sur tes poignets
Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai

My child naked on the pebbles
Wind in your hair in disarray
Like springtime along my way
A diamond fallen from a casket
Only the light might
Undo our secret landmarks
Or my fingers caught on your wrists
I’ve loved you, I love you and I always will

Et quoi que tu fasses
L’amour est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l’espace
Dans le moindre rêve où tu t’attardes
L’amour comme s’il en pleuvait
Nu sur les galets

And whatever you do
Love is everywhere you look
In the remotest corners of space
In the flimsiest dream you linger in
Love coming in thick and fast
Naked on the pebbles

Le ciel prétend qu’il te connaît
Il est si beau c’est sûrement vrai
Lui qui ne s’approche jamais
Je l’ai vu pris dans tes filets
Le monde a tellement de regrets
Tellement de choses qu’on promet
Une seule pour laquelle je suis fait
Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai

The sky claims that it knows you
It is so fine it must be true
Though it never gets near
I saw it caught in your nets
The world has so many regrets
So many things people promise
The only one I’m born to keep
I’ve loved you, I love you and I always will

Et quoi que tu fasses
L’amour est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l’espace
Dans le moindre rêve où tu t’attardes
L’amour comme s’il en pleuvait
Nu sur les galets

And whatever you do
Love is everywhere you look
In the remotest corners of space
In the flimsiest dream you linger in
Love coming in thick and fast
Naked on the pebbles

On s’envolera du même quai
Les yeux dans les mêmes reflets
Pour cette vie et celle d’après
Tu seras mon unique projet
Je m’en irai poser tes portraits
À tous les plafonds de tous les palais
Sur tous les murs que je trouverai
Et juste en dessous j’écrirai
Que seule la lumière pourrait…
Et mes doigts pris sur tes poignets
Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai

We’ll fly out from the same dock
Our eyes on the same shimmers
For this life and for the next
You’ll be my single project
I’ll go and hang your portraits
On all the ceilings of all palaces
On all the walls I find
And just underneath I’ll write
That only light might—
And my fingers caught on your wrists
I’ve loved you, I love you and I always will

Festival Cabrel – 10

In English, French, Reading matters on 30/01/2011 at 8:30 pm


Répondez-moi – Francis Cabrel – 1981

Answer me

Je vis dans une maison sans balcon, sans toiture
Où y’a même pas d’abeilles sur les pots de confiture
Y’a même pas d’oiseaux, même pas la nature
C’est même pas une maison

I live in a house without a balcony, without roofing
Where there aren’t even bees on jam pots
There aren’t even birds, not even nature
It isn’t even a house to speak of

J’ai laissé en passant quelques mots sur le mur
Du couloir qui descend au parking des voitures
Quelques mots pour les grands
Même pas des injures
Mais si quelqu’un les entend

As I passed by I left a few words on the wall
Of the corridor leading down to the parking floor
A few words for the grownups
Not even insults
But if someone hears them

Répondez-moi
Répondez-moi

Answer me
Answer me

Mon cœur a peur d’être emmuré entre vos tours de glace
Condamné au bruit des camions qui passent
Lui qui rêvait de champs d’étoiles, de colliers de jonquilles
Pour accrocher aux épaules des filles

Afraid of being walled in your icy towers
Condemned to the noise of passing trucks
My heart used to dream of fields of stars, of necklaces of daffodils
To hang round girls’ shoulders

Mais le matin vous entraîne en courant vers vos habitudes
Et le soir votre forêt d’antennes est branchée sur la solitude
Et que brille la lune pleine
Que souffle le vent du sud
Vous, vous n’entendez pas

But morning drags you at a run towards your routine
And at sunset your myriad aerials are plugged into loneliness
And even under full moon light
Even when the southern wind blows
You hear nothing

Et moi, je vois passer vos chiens superbes aux yeux de glace
Portés sur des coussins que les maîtres embrassent
Pour s’effleurer la main, il faut des mots de passe
Pour s’effleurer la main

As for me I watch your haughty icy-stared dogs
Borne on cushions their masters embrace
To touch hands lightly you need passwords
To touch hands lightly

Répondez-moi
Répondez-moi

Answer me
Answer me

Mon cœur a peur de s’enliser dans aussi peu d’espace
Condamné au bruit des camions qui passent
Lui qui rêvait de champs d’étoiles et de pluie de jonquilles
Pour s’abriter aux épaules des filles

Afraid of getting bogged down in so little space
Condemned to the noise of passing trucks
My heart used to dream of star fields and daffodil showers
To shelter by girls’ shoulders

Mais la dernière des fées cherche sa baguette magique
Mon ami le ruisseau dort dans une bouteille en plastique
Et les saisons se sont arrêtées aux pieds des arbres synthétiques
Il n’y a plus que moi

But the last remaining fairy is looking for her magic wand
My friend the brook sleeps in a plastic bottle
And the seasons have come to a stop at the foot of synthetic trees
The only one left is me

Et moi, je vis dans ma maison sans balcon, sans toiture
Où y’a même pas d’abeilles sur les pots de confiture
Y’a même pas d’oiseaux, même pas dans la nature
C’est même pas une maison

And I live in a house without a balcony, without roofing
Where there aren’t even bees on jam pots
There aren’t even birds, not even in nature
It isn’t even a house to speak of

youtube.com/watch?v=oFG4hBjdJI4

Festival Cabrel – 6

In English, French, Reading matters on 23/01/2011 at 11:14 pm

.

Elle dort – Francis Cabrel – 2004

She’s sleeping

Elle danse sur des parquets immenses
Aussi luisants qu’un lac
Confuse dans les vents qui s’amusent
À sa robe qui claque
Ondulant comme une flamme
Ballerine, elle balance sans effort
Elle rentrera par le grand escalier
Qu’elle adore

She’s dancing on huge parquets
As shiny as a lake
Confused in the winds that play
With her flapping dress
Swaying like a flame
A ballerina she effortlessly swings
She’ll return by the grand staircase
She adores

Elle court par les ruelles autour
Dans les rires et les flaques
Légère par-dessus les barrières
Et les grilles des parcs
Ondulant comme une flamme
Elle s’envole au bras d’un conquistador
Sur la chaise mobile
Où lourdement pèse son corps
Elle dort

She’s running about surrounding lanes
Amidst the laughter and the puddles
Light over fences
And park railings
Swaying like a flame
She takes flight on a conquistador’s arm
On the wheelchair
Where her body heavily lies
She’s asleep

C’est l’histoire d’à peine une seconde
Enfin elle peut faire comme tout le monde
Poursuivre un oiseau, un ballon, un trésor
Mais elle dort attachée à un siège
Comme sur l’eau le bouchon de liège
Et toujours ce fil qui la ramène au bord

It’s a matter of a mere second
At last she can behave like one and all
Chase a bird, a treasure, a ball
But she’s asleep tied to a seat
As on water a cork
And always that thread that reels her back to the bank

Elle sort ni blessée ni fragile
Ni poupée de cristal
Dehors où le monde défile
À vitesse normale
Ailleurs dans d’autres costumes
Et debout surtout dans d’autres décors
Sur la chaise mobile
Où lourdement pèse son corps
Elle dort

She goes out neither wounded nor frail
Nor a crystal doll
Outside where the world unfolds
At normal stroll
Elsewhere in other costumes
And above all standing in other decors
On the wheelchair
Where her body heavily lies
She’s asleep

Elle dort comme on plonge dans un livre
Elle dort comme on commence à vivre
Surtout quand le monde accélère dehors
Mais elle dort attachée à son siège
L’enfant jamais descendue du manège
Elle aime ses heures brûlantes où elle pense
Qu’elle danse …
…Sur des parquets immenses
Aussi luisants qu’un lac…
Confuse dans les vents qui s’amusent
À sa robe qui claque

She’s sleeping as one delves into a book
She’s sleeping as one begins to live
Especially when the world speeds up outside
But she’s asleep tied to her seat
A child that never left the merry-go-round
She likes those burning hours when she thinks
She’s dancing
On huge parquets
As shiny as a lake
Confused in the winds that play
With her flapping dress

youtube.com/watch?v=zNGXlb-ZnII&NR=1

Festival Cabrel – 5

In English, French, Reading matters on 22/01/2011 at 7:25 pm

.
C’est écrit
– Francis Cabrel – 1989

’Tis bound to happen [Mektoob]

Elle te fera changer la course des nuages,
Balayer tes projets, vieillir bien avant l’âge,
Tu la perdras cent fois
Dans les vapeurs des ports,
C’est écrit…

She’ll make you alter the course of the clouds
Sweep your projects aside, grow old before your time
You’ll lose her a hundred times
In the fumes of seaports
’Tis bound to happen

Elle rentrera blessée
Dans les parfums d’un autre
Tu t’entendras hurler
« Que les diables l’emportent »
Elle voudra que tu pardonnes
Et tu pardonneras
C’est écrit…

She’ll come back wounded
In someone else’s scents
You’ll hear yourself yell
‘May she go to the devil!’
She’ll want you to forgive
And forgive you will
’Tis bound to happen

Elle n’en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour,
Elle danse derrière les brouillards
Et toi, tu cherches et tu cours

She won’t leave your memory alone
Morning, noon and night
She dances behind fogs
While you seek and you run

Tu prieras jusqu’aux heures
Où personne n’écoute
Tu videras tous les bars
Qu’elle mettra sur ta route
T’en passeras des nuits
A regarder dehors
C’est écrit…

You’ll pray until those hours
When no one listens
You’ll empty all the bars
She puts along your way
Many a night shall you spend
Looking outside
’Tis bound to happen

Elle n’en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour
Elle danse derrière les brouillards
Et toi, tu cherches et tu cours
Mais y’a pas d’amours sans histoires
Et tu rêves, tu rêves…

She won’t leave your memory alone
Morning, noon and night
She dances behind fogs
While you seek and you run
But there’s no love affair without fights
And you dream, you dream

Qu’est-ce qu’elle aime, qu’est-ce qu’elle veut ?
Et ces ombres qu’elle te dessine
Autour des yeux ?
Qu’est-ce qu’elle aime ?
Qu’est-ce qu’elle rêve, qui elle voit ?
Et ces cordes qu’elle t’enroule autour des bras?
Qu’est-ce qu’elle rêve ?

What does she fancy? What does she want?
And those shadows she draws
Round your eyes? What does she like?
What is she dreaming about? Whom does she see?
And those ropes she ties round your arms?
What is she dreaming about?

Je t’écouterai me dire ses soupirs
Ses dentelles
Qu’à bien y réfléchir
Elle n’est plus vraiment belle
Que t’es déjà passé
Par des moments plus forts
Depuis…

I’ll listen to you telling me of her sighs
Of her frills
That indeed on reflection
She’s no longer truly gorgeous
That you’ve gone through
More intense moments
Since then

Elle n’en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour
Elle danse derrière les brouillards
Tu cherches et tu cours
Mais y’a pas d’amours sans histoires
Oh tu rêves, tu rêves…

She won’t leave your memory alone
Morning, noon and night
She dances behind fogs
You seek and you run
But there’s no love affair without fights
Oh you dream, you dream

Elle n’en sort plus de ta mémoire
Elle danse derrière les brouillards
Et moi j’ai vécu la même histoire
Depuis je compte les jours…
Depuis je compte les jours…
Depuis je compte les jours…

She won’t leave your memory alone
She dances behind fogs
And I myself have gone through the same story
Since then I’ve been counting the days
Since then I’ve been counting the days
Since then I’ve been counting the days

youtube.com/watch?v=WjokVsRKRNw

Festival Cabrel – 4

In English, French, Reading matters on 21/01/2011 at 7:52 pm

.

African Tour – Francis Cabrel – 2008

Déjà nos villages s’éloignent
Quelques fantômes m’accompagnent
Y’aura des déserts, des montagnes
A traverser jusqu’à l’Espagne
Et après… Inch’allah

Already our villages recede
A few phantoms are travelling with me
There’ll be deserts, mountains
To go through until Spain
And then … Inch’Allah

On a de mauvaises chaussures
L’argent cousu dans nos doublures
Les passeurs doivent nous attendre
Le peu qu’on a ils vont le prendre
Et après…

Bad shoes on our feet
Money sewn in our linings
The smugglers must be waiting for us
The little we have they’ll take
And then

Est-ce que l’Europe est bien gardée ?
Je n’en sais rien
Est-ce que les douaniers sont armés ?
On verra bien
Si on me dit, c’est chacun chez soi
Moi je veux bien, sauf que chez moi
Sauf que chez moi y’a rien

Is Europe well defended?
I’ve no idea
Are customs officers armed?
We shall see
If I’m told To each his own home
I don’t mind, except in mine
Except in mine there’s nothing

Pas de salon, pas de cuisine
Les enfants mâchent des racines
Tout juste un carré de poussière
Un matelas jeté par terre
Au dessus… Inch’allah

No living room, no kitchen
Our children eat roots
Just a square of dust
A mattress spread on the ground
And above … Inch’Allah

Vous vous imaginez peut-être
Que j’ai fait tous ces kilomètres
Tout cet espoir, tout ce courage
Pour m’arrêter contre un grillage

Maybe you’re thinking
I’ve done all this mileage
All this hope, all this courage
To be stopped by wire netting

Est-ce que l’Europe est bien gardée ?
Je n’en sais rien
Est-ce que les douaniers vont tirer ?
On verra bien
Si on me dit, c’est chacun chez soi
Moi je veux bien, sauf que chez moi
Sauf que chez moi y’a rien

Is Europe well defended?
I’ve no idea
Will customs officers shoot?
We shall see
If I’m told, To each his own house
I don’t mind, except in mine
Except in mine there’s nothing

Je n’en sais rien
On verra bien
Moi, je veux bien
Sauf que chez moi…

I’ve no idea
We shall see
Well why not
Except in mine

La moitié d’un échafaudage
J’en demande pas davantage
Un rien, une parole, un geste
Donnez-moi tout ce qu’il vous reste
Et après…
Je n’en sais rien

One half of scaffolding
I’m not asking for more
A nothing, a word, a gesture
Give me your leftovers
And then
I’ve no idea

On verra bien
Moi, je veux bien
Sauf que chez moi…
Déjà nos villages s’éloignent

We shall see
I don’t mind
Except that in mine
Already our villages recede

youtube.com/watch?v=19Cwsn-2bnQ

Festival Cabrel – 3

In English, French, Reading matters on 19/01/2011 at 8:19 pm

.

Les cardinaux en costume – Francis Cabrel – 2008

Prelates in suits

Magyd dort dans la lumière
Celle des phares et du périph’
Une joue contre la terre
Une main sur son canif
Qu’un homme dorme sur le bitume
Ça n’a pas l’air d’inquiéter
Les cardinaux en costume
Derrière les vitres teintées

Magyd is asleep in the light
Of car headlights and the ring road
His cheek against the ground
His hand on his penknife
That a man sleeps on the asphalt
Doesn’t seem to worry
Prelates in suits
Behind tinted windows

Et Sabrina qui se cache
Et qui espère autre chose pour sa fille
Que cet argent qu’elle arrache
Des mains de ceux qui la déshabillent
Elle augmente le volume
Pour ne pas savoir qui ils sont
Des cardinaux en costume
Et des donneurs de leçons

And Sabrina in hiding
Hoping for something better for her daughter
Than the banknotes she snatches
Off the hands of those that undress her
She turns up the volume
Not to know who they are
Those prelates in suits
And better-than-thou preachers

¡Que vida! ¡Que triste!
¿De que país se trata?
¿Del mío ? No….
¡Del mío no se puede!
¡Que vida, que triste….!

[What a life! How sad!
What country is this?
Mine? No…
It can’t be mine!
What a life! How sad!]

Et Mamadou qu’on transfère
A l’arrière de l’avion
Vers un endroit de la terre
Qu’il ne connaît que de nom
Lui léger comme une plume
Malheureux comme un enfant
Les cardinaux en costume
Sur les sièges de devant

And Mamadou being transferred
At the back of the plane
To a place in the world
He only knows by name
He who’s light as a feather
Unhappy as a child
Prelates in suits
In the front seats

N’Guyen la clandestine
D’elle on n’a aucune trace
Venue coudre à la machine
Celle qui tombe on la remplace
C’est pour du potage qui fume
C’est payé au rendement
Pour les robes et les costumes
Des cardinaux impatients

N’Guyen the stowaway
Of her there’s not a trace
She’d come over to Singer sew
The one that collapses is replaced
Just for clear soup on the stove
Daily pay by output
For the dresses and suits
Of impatient prelates

¡Que vida! ¡Que triste!
¿De que païs se trata?
¿Del mío ? No….
¡Del mío no se puede!
¡Que vida, que triste….!

[What a life…]

N’Guyen la clandestine
Et Mamadou qu’on transfère
Et Sabrina qui tapine
Et ce Magyd qui dort par terre
Quand la salle se rallume
Le monde sort en silence
Les cardinaux en costume
N’étaient pas à la séance

N’Guyen the stowaway
And Mamadou being transferred
And Sabrina on the game
And that Magyd on the ground
When the lights come back on
The crowd files out in silence
Prelates in suits
Didn’t attend the show

¡Que vida! ¡Que triste!

[What a life…]

youtube.com/watch?v=DXEtyB3cYWk:  If you wonder who are those prelates in suits, there are some definite pointers there, pace my dear friend Bernard and other stalwarts of the reasons of State.

Festival Cabrel – 2

In English, French, Reading matters on 18/01/2011 at 9:05 pm

.

Décidément, il était plus que temps que je découvre cet enchanteur de presque chez moi et presque contemporain. Je veux dire Francis Cabrel, natif d’Agen, 57 ans, dont je ne savais rien hier. Comme quoi la chanson française, c’est pas de la gnognote quand ça se donne la peine de faire dans la nuance, même si ça puise ses sources chez Bob, Leonard et Jacques, tous des bougnouls de race comme j’aime, pas vous ?
La chanson qui suit est un petit chef d’œuvre d’émotion et de vérité humaine comme il y en a trop peu. Et, à youtube.com/watch?v=DQx6KyFZ9B0, l’orchestration est tout simplement parfaite.

La robe et l’échelle – Francis Cabrel – 2008

The dress and the ladder

T’avais mis ta robe légère
Moi l’échelle contre un cerisier
T’as voulu monter la première
Et après

You’d put your light dress on
And I the ladder against the cherry tree
You decided to climb it first
And then

Y’a tant de façons, de manières
De dire les choses sans parler
Et comme tu savais bien le faire
Tu l’as fait

There are so many ways and means
Of telling things without a word
And you knew well how to do it
So you did

Un sourire, une main tendue
Et par le jeu des transparences
Ces fruits dans les plis du tissu
Qui balance

A smile, a hand proffered
And through the interplay of transparence
Those fruits in the fold of the fabric
That swings

Il ne s’agissait pas de monter bien haut
Mais les pieds sur les premiers barreaux
J’ai senti glisser le manteau
De l’enfance

It wasn’t a matter of making it to the top
But with my feet on the first rungs
I felt the coat of childhood
Slip off

On n’a rien gravé dans le marbre
Mais j’avoue souvent y penser
Chaque fois que j’entends qu’un arbre
Est tombé

Nothing was carved in marble
But I admit I often think about it
Every time I hear of a tree
Being axed

Un arbre c’est vite fendu
Le bois quelqu’un a dû le vendre
S’il savait le mal que j’ai eu
À descendre

A tree takes no time to chop
Its wood someone must have sold
If only he knew the trouble I had
Climbing down

D’ailleurs en suis-je descendu
De tout ces jeux de transparence
Ces fruits dans les plis des tissus
Qui balancent

But then did I really climb down
From all those transparence games
Those fruits in the folds of fabric
That swing

J’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d’autres sourires à croiser
Mais une aussi belle lumière
Jamais

I found other things to do
And other smiles to go by
But a light as fine
Never

À la vitesse où le temps passe
Le miracle est que rien n’efface l’essentiel
Tout s’envole en ombre légère
Tout sauf ce bout de fièvre et de miel

Given the speed at which time flies
It’s a miracle nothing wipes out the basics
Everything vanishes in light shadow
Everything but this bit of fever and honey

Tout s’est envolé dans l’espace
Le sourire, la robe, l’arbre et l’échelle
À la vitesse où le temps passe
Rien, rien n’efface l’essentiel

Everything’s vanished into space
Smile, dress, tree and ladder
Given the speed at which time flies
Nothing but nothing wipes out the basics

J’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d’autres sourires à croiser
Mais une si belle lumière
Jamais

I found other things to do
And other smiles to go by
But a light as sublime
Never

Et voila que du sol où nous sommes
Nous passons nos vies de mortels
A chercher ces portes qui donnent
Vers le ciel

And here we are on the ground
Spending our mortal lives
In search of those doors that open
Onto the sky