marcel barang

Posts Tagged ‘chanson’

Walk on the Wild Side

In English, French, Reading matters on 29/10/2013 at 1:21 pm

En voilà bien une tournure (américaine) qui souffre trente-six traductions, toutes approximatives ! Je n’en ai gardé que trois.

Walk on the wild side

« Sors des sentiers battus »

Holly came from Miami, F.L.A.
Hitch-hiked her way across the U.S.A.
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She says, “Hey babe, take a walk on the wild side”
He said, “Hey babe, take a walk on the wild side”

Holly venait de Miami en Floride
Ayant traversé les États-Unis en stop
S’est épilé les sourcils en chemin
S’est rasé les jambes et voilà comment « elle » il devint
Elle dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
Et lui, « Hé, mon chou, goûte au fruit défendu »

Candy came from out on the island
In the backroom she was everybody’s darlin’
But she never lost her head
Even when she was giving head
She says, “Hey babe, take a walk on the wild side”
He said, “Hey babe, take a walk on the wild side”

Candy est venue à New York de quelque part ailleurs
Dans les coulisses tout le monde n’en avait que pour elle
Mais elle n’a jamais perdu la tête
Même quand elle taillait des pipes
Elle dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
Et lui, « Hé, mon chou, goûte au fruit défendu »

And the colored girls go
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Et les filles black qui font
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Little Joe never once gave it away
Everybody had to pay and pay
A hustle here and a hustle there
New York City’s the place where they said
“Hey babe, take a walk on the wild side”
I said, “Hey Joe, take a walk on the wild side”

Le p’tit Joe n’a jamais fait de cadeau
Tout le monde devait toujours raquer
Une passe par ci et une passe par là 
New York City c’est l’endroit où on dit
« Hé, mec, sors des sentiers battus »
J’ai dit, « Hé, Joe, goûte au fruit défendu »

Sugar Plum Fairy came and hit the streets
Lookin’ for soul food and a place to eat
Went to the Apollo, you should’ve seen ’em go go go
They said, “Hey Sugar, take a walk on the wild side”
I said, “Hey babe, take a walk on the wild side”
Alright, huh

Sugar Plum le Pédé est venu et a fait le tapin
En quête de bouffe du Sud, d’un endroit où croûter
L’est allé à l’Apollo*. T’aurais dû les voir s’activer
Ils disaient, « Hé, Sugar, goûte au fruit défendu »
J’ai dit, « Hé, mec, sors des sentiers battus »
D’accord, quoi

* L’Apollo Theater, un music-hall new-yorkais dans le quartier de Harlem.

Jackie is just speeding away
Thought she was James Dean for a day
Then I guess she had to crash
Valium would have helped that bash
She said, “Hey babe, take a walk on the wild side”
I said, “Hey honey, take a walk on the wild side”

Jackie carbure juste aux amphés
Se prenant pour James Dean le temps d’une journée
Puis j’imagine qu’elle a dû se pieuter
Le valium l’aura aidée à s’éclater
Elle disait, « Hé, mec, opte pour le côté obscur »
J’ai dit, « Hé, chérie, sors des sentiers battus »

And the colored girls say
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Et les filles de couleur qui disent
Doo do doo, doo do doo, doo do doo

Advertisements

A thousand kisses deep (2)

In English, French, Reading matters on 10/06/2012 at 3:49 pm

=
Last night, a snafu in emails (thanks, GB!) made me aware of a second version of ‘A thousand kisses deep’, the one poignantly recited rather than sung by Leonard Cohen in London some four years ago (youtube.com/watch?v=5NZPrwgYe60). Amazingly it has nothing in common with the first version (see 15/12/2009 entry) except for the title line. So – better late than never or, as we say in ludic French, vieux motard que j’aimais – I couldn’t resist the pleasure to turn it into French.
[PS: Went a bit too fast yesterday, so some corrections, as suggested by my favourite editor, are in order.]

A thousand kisses deep (recited version – Leonard Cohen, 2008)

Au fin fond de mille baisers (version récitée)

You came to me this morning
And you handled me like meat
You’d have to be a man to know
How good that feels, how sweet

Tu es venue à moi ce matin
Et m’as manié palpé comme un morceau de la viande
Faudrait que tu sois un homme pour savoir comprendre
Le plaisir que ça fait, la douceur que c’est

My mirror twin, my next of kin
I’d know you in my sleep
And who but you would take me in
A thousand kisses deep

Ma sœur à l’identique, ma proche parente
Je te reconnaîtrais dans mon sommeil
Et qui sinon toi m’abuserait
Au fin fond de mille baisers

I loved you when you opened
Like a lily to the heat
You see I’m just another snowman
Standing in the rain and sleet

Je t’ai aimée quand tu t’es ouverte
Comme un lys à la chaleur
Tu vois je ne suis qu’un de ces bonhommes de neige
Debout sous la pluie et la neige fondue

Who loved you with his frozen love
His second-hand physique
With all he is and all he was
A thousand kisses deep

Qui t’a aimée de son amour gelé
De son physique d’occase
De tout ce qu’il est, de tout ce qu’il fut
Au fin fond de mille baisers

I know you had to lie to me
I know you had to cheat
To pose all hot and high
Behind the veils of sheer deceit

Je sais que tu as dû me mentir
Je sais que tu as dû tricher
Pour poser brûlante et défoncée
Sous des voiles de la pure tromperie

Our perfect porn aristocrat
So elegant and cheap
I’m old but I’m still into that
A thousand kisses deep

Notre aristocrate porno parfait
Si élégant et facile
Je suis vieux mais toujours accro [/je persévère]
Au fin fond de mille baisers

I’m good at love, I’m good at hate
It’s in between I freeze
Been working out but it’s too late
(It’s been too late for years)

Je suis doué pour l’amour, doué pour la haine
C’est entre les deux que je me fige
Je m’entraîne mais c’est trop tard
Ça fait des années que c’est trop tard

But you look good, you really do
They love you on the street
If you were here I’d kneel for you
A thousand kisses deep

Mais tu as l’air en forme, oui, vraiment
Les gens dans la rue t’adorent
Si tu étais là je m’agenouillerais pour toi
Au fin fond de mille baisers

The autumn moved across your skin
Got something in my eye
A light that doesn’t need to live
And doesn’t need to die

L’automne a parcouru ta peau
J’ai quelque chose dans l’œil
Une lumière qui n’a pas besoin de vivre
Et n’a pas besoin de mourir

A riddle in the book of love
Obscure and obsolete
And witnessed here in time and blood
A thousand kisses deep

Une énigme dans le livre de l’amour
Obscure et obsolète
Dont témoignent ici le temps et le sang
Au fin fond de mille baisers

But I’m still working with the wine
Still dancing cheek to cheek
The band is playing ‘Auld Lang Syne’
But the heart will not retreat

Mais je continue d’apprécier le vin
De danser joue contre joue
L’orchestre joue ‘Auld Lang Syne’
Mais le cœur refuse de battre en retraite

I ran with Diz, I sang with Ray
I never had their sweep
But once or twice they let me play
A thousand kisses deep

Je me suis enfui avec Diz, j’ai chanté avec Ray
Je n’ai jamais eu leur envergure
Mais une fois ou deux elles ils m’ont laissé jouer
Au fin fond de mille baisers

I loved you when you opened
Like a lily to the heat
You see I’m just another snowman
Standing in the rain and sleet

Je t’ai aimée quand tu t’es ouverte
Comme un lys à la chaleur
Tu vois je ne suis qu’un de ces bonhommes de neige
Debout sous la pluie et la neige fondue

Who loved you with his frozen love
His second-hand physique
With all he is and all he was
A thousand kisses deep

Qui t’a aimée de son amour de glace
Et de son physique usagé
De tout ce qu’il fut, de tout ce qu’il est
Au fin fond de mille baisers

But you don’t need to hear me now
And every word I speak
It counts against me anyhow
A thousand kisses deep

Mais tu n’as pas besoin de m’entendre à présent
Et tous les mots que je dis prononce
Ça compte Jouent contre moi de toute façon
Au fin fond de mille baisers

Festival Brel – 1

In English, French, Reading matters on 08/02/2011 at 7:43 pm

.

After Cabrel, Brel. It was fun translating a contemporary troubadour. I’ll download more of his songs in translation at lyricstranslate.com when I have a moment.
Now allow me to celebrate a bard better suited to my age: Jacques Brel (1929-78) delighted my youth, his way with words rubbed off on mine, his voice still echoes in deep recesses of my calabash. He was this rare creature: a Belgian singer with an unflattering surname (look up brêle) every Frenchman thought was French and forgave for his occasional lapses into belgitude. Was he the first who said ‘Je suis Belge mais je me soigne’? The way I’m wont to say, Nobody’s perfect: I’m French.
Anyway, what better way to start this tour de chant than with an all-time masterpiece I hope I’m not betraying too much? You’ll find it at youtube.com/watch?v=Gy-Y6DudhY0&feature=related.

Les vieux – Jacques Brel – 1963

Old folk

Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n’ont plus d’illusions et n’ont qu’un cœur pour deux
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan
Que l’on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d’avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d’hier
Et d’avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières ?
Et s’ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends ?

Old folk no longer talk or else at times merely from the tip of their eyes
Even when rich they are poor, they have no more illusions and the same heart for two
Their homes smell of thyme, neatness, lavender and vintage turns of phrase
Even if we live in Paris we all live in the sticks if we live too long
Is it from having laughed too much that their voices crack when they speak of the past?
And from too much weeping that tears still form beads on their eyelids?
And if they quaver a bit, is it from seeing growing old the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, saying: I’m waiting for you?

Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s’ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s’ils sortent encore bras dessus, bras dessous, tout habillés de raide
C’est pour suivre au soleil l’enterrement d’un plus vieux, l’enterrement d’une plus laide
Et le temps d’un sanglot, oublier toute une heure la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Old folk no longer dream; their books are left to slumber; their pianos are closed shut
‘The little cat is dead’; the Sunday muscatel no longer makes them sing
Old folk no longer move, their gestures are too wrinkled, their world is far too small
From the bed to the window then from the bed to the chair and then from the bed to the bed
And if they still go out arm in arm, all clad in stiffness
It’s to attend in the sun the burial of an older man, the burial of an uglier woman
And, in the crack of a sob, forget for a whole hour the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no and then waiting for them

Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l’autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n’importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s’excusant déjà de n’être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d’argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t’attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

Old folk do not die; they fall asleep one day and sleep too long
They hold hands, afraid to lose each other and yet lose the other one does
And the other remains there – the better or the worse, the gentle or the stern
It doesn’t matter: the one of the two left behind finds herself in hell
You will see her perhaps, you will see him sometimes, in the rain and in grief
Going through the present already apologising for not being further along
And shunning before you one last time the silver clock
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, telling them: I’m waiting
That drones in the sitting room, saying yes, saying no, and then waiting for us

Festival Cabrel – 2

In English, French, Reading matters on 18/01/2011 at 9:05 pm

.

Décidément, il était plus que temps que je découvre cet enchanteur de presque chez moi et presque contemporain. Je veux dire Francis Cabrel, natif d’Agen, 57 ans, dont je ne savais rien hier. Comme quoi la chanson française, c’est pas de la gnognote quand ça se donne la peine de faire dans la nuance, même si ça puise ses sources chez Bob, Leonard et Jacques, tous des bougnouls de race comme j’aime, pas vous ?
La chanson qui suit est un petit chef d’œuvre d’émotion et de vérité humaine comme il y en a trop peu. Et, à youtube.com/watch?v=DQx6KyFZ9B0, l’orchestration est tout simplement parfaite.

La robe et l’échelle – Francis Cabrel – 2008

The dress and the ladder

T’avais mis ta robe légère
Moi l’échelle contre un cerisier
T’as voulu monter la première
Et après

You’d put your light dress on
And I the ladder against the cherry tree
You decided to climb it first
And then

Y’a tant de façons, de manières
De dire les choses sans parler
Et comme tu savais bien le faire
Tu l’as fait

There are so many ways and means
Of telling things without a word
And you knew well how to do it
So you did

Un sourire, une main tendue
Et par le jeu des transparences
Ces fruits dans les plis du tissu
Qui balance

A smile, a hand proffered
And through the interplay of transparence
Those fruits in the fold of the fabric
That swings

Il ne s’agissait pas de monter bien haut
Mais les pieds sur les premiers barreaux
J’ai senti glisser le manteau
De l’enfance

It wasn’t a matter of making it to the top
But with my feet on the first rungs
I felt the coat of childhood
Slip off

On n’a rien gravé dans le marbre
Mais j’avoue souvent y penser
Chaque fois que j’entends qu’un arbre
Est tombé

Nothing was carved in marble
But I admit I often think about it
Every time I hear of a tree
Being axed

Un arbre c’est vite fendu
Le bois quelqu’un a dû le vendre
S’il savait le mal que j’ai eu
À descendre

A tree takes no time to chop
Its wood someone must have sold
If only he knew the trouble I had
Climbing down

D’ailleurs en suis-je descendu
De tout ces jeux de transparence
Ces fruits dans les plis des tissus
Qui balancent

But then did I really climb down
From all those transparence games
Those fruits in the folds of fabric
That swing

J’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d’autres sourires à croiser
Mais une aussi belle lumière
Jamais

I found other things to do
And other smiles to go by
But a light as fine
Never

À la vitesse où le temps passe
Le miracle est que rien n’efface l’essentiel
Tout s’envole en ombre légère
Tout sauf ce bout de fièvre et de miel

Given the speed at which time flies
It’s a miracle nothing wipes out the basics
Everything vanishes in light shadow
Everything but this bit of fever and honey

Tout s’est envolé dans l’espace
Le sourire, la robe, l’arbre et l’échelle
À la vitesse où le temps passe
Rien, rien n’efface l’essentiel

Everything’s vanished into space
Smile, dress, tree and ladder
Given the speed at which time flies
Nothing but nothing wipes out the basics

J’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d’autres sourires à croiser
Mais une si belle lumière
Jamais

I found other things to do
And other smiles to go by
But a light as sublime
Never

Et voila que du sol où nous sommes
Nous passons nos vies de mortels
A chercher ces portes qui donnent
Vers le ciel

And here we are on the ground
Spending our mortal lives
In search of those doors that open
Onto the sky

Chantent les miroirs

In English, French, Reading matters on 18/01/2011 at 1:25 am

.

Among the myriad songs clamouring for translation on Lyrics Translate, I found half a dozen texts of merit I’ll tackle by and by as the mood strikes. Here is one, ‘Saïd et Mohamed’ by Francis Cabrel every Frenchman but me has heard before. You can listen to it/him at dailymotion.com/video/xbtjq_francis-cabrel-said-et-mohamed_music.

Saïd et Mohamed – Francis Cabrel – 1984

Said and Mohamed

Elle changeait les draps de l’hôtel
Les traces de doigts sur les poubelles
Petite hirondelle, au milieu des corbeaux
Elle chantait “Desperado”
Moi, j’avais du retard sur le sommeil
Je m’étais fait doubler par le soleil
Elle de l’autre côté du couloir
Elle faisait chanter les miroirs

She changed bed sheets at the hotel
Fingerprints on dustbins
A little swallow amongst crows
She sang ‘Desperado’
As for me I was short of sleep
Overtaken by the sun
Across the corridor
She made mirrors sing

J’ai passé une heure de sa vie
Une heure sous le soleil d’Algérie
Sous la course des planètes
Y a des moments qu’on regrette
Derrière ses paupières mi-closes
Je voyais plus de gris que de rose
Quand je suis parti, j’ai bien compris
Que je perdais quelque chose

I spent one hour of her life
One hour under the Algerian sun
Under the course of the planets
There are moments one regrets
Behind her half-closed eyelids
I saw more grey than pink
When I left I was well aware
That I was losing something

Ces enfants qui font rien à l’école
Et qui ont les poches pleines de tubes de colle
De toute façon personne ne t’aide
Quand tu t’appelles Saïd ou Mohamed
C’est le ciel en tôle ondulée pour toujours
C’est la fenêtre sur la troisième cour
C’est le cri des voisines plein les oreilles
Et les heures de mauvais sommeil

Those kids that do zilch at school
And have their pockets full of glue tubes
In any case no one will help you
When your name is Said or Mohamed
It’s corrugated iron sky forever
It’s windows giving on the third backyard
It’s the din of neighbours’ shrieks in your ears
And hours and hours of bad sleep

Mais s’il y a quelqu’un autour qui comprend
Le mauvais français, le musulman
Sous la course des planètes
Ça serait bien qu’il s’inquiète
Avant que ses paupières n’explosent
Et qu’elles prennent ce gris en overdose
Quand je suis parti j’ai bien compris
Qu’on y pouvait quelque chose

But if someone thereabouts understands
Bad French, the Muslim parlance,
Under the course of the planets
It’d be a good thing if he got concerned
Before her eyelids blow up
And take an overdose of that grey
When I left I was well aware
That something could be done about it

Toi t’envoies dix francs
Pour les enfants du Gange
Parce que t’as vu les photos qui dérangent
T’envoies dix francs
Pour les enfants d’ailleurs
Parce que t’as vu les photos qui font peur
Et elle que tu croises en bas de chez toi
Elle que tu croises en bas de chez toi

You send ten francs
To the children of the Ganges
Because you saw snapshots that upset
You send ten francs
To children elsewhere
Because you saw pictures that scare
And she whom you brush by outside your place
She whom you brush by outside your place

Depuis je suis retourné à Marseille
Ses amis n’ont pas de nouvelles
Y a trop d’hirondelles
Ou trop de corbeaux
Elle a du changer de ghetto
Moi, je crois plutôt qu’elle
Change les draps d’un autre hôtel
D’autres traces de doigts
Sur d’autres poubelles
De l’autre côté d’un autre couloir
Elle doit faire chanter les miroirs
Chanter les miroirs, chanter les miroirs, chanter les miroirs

Since then I’ve gone back to Marseilles
Her friends have no news
Too many swallows
Or too many crows
She must have changed ghettoes
I myself rather think she
Changes bed sheets in some other hotel
Other fingerprints
On other dustbins
Across some other corridor
She must be making mirrors sing
Making mirrors sing x 3

Pour cause de Chiens fous

In English, French, Reading matters on 13/01/2011 at 1:19 pm

.

C’est aujourd’hui que sort en librairie Les chiens fous de Chart Korbjitti, publié par Asphalte Éditions, qui est en train de se faire un nom en place de Grèves. Comme on peut voir sur leur présentation, aux bonnes feuilles traditionnelles ces futées (deux jeunes femmes qui ont du chien) ont ajouté une liste de tubes, choisis par l’auteur, qui vous mettent dans l’ambiance du roman.
Et devinez quoi ? Le premier titre revient à Bob Dylan, son ‘Rainy Day Women # 12 & 35’ de 1966, que, sans avoir consulté ni éditeur ni auteur, j’ai traduit l’autre jour (‘Bob Dylan et les enquiquineuses’).
Alors, la moindre des choses pour célébrer aujourd’hui cet événement majeur des lettres, c’est de puiser dans leur liste de dix tubes et ressusciter un autre smash hit de la décennie suivante : ‘Hotel California’, de qui déjà ? Ah, oui, The Eagles.

Here we go.

Hotel California – The Eagles – 1977

On a dark desert highway, cool wind in my hair
Warm smell of colitas rising up through the air
Up ahead in the distance, I saw a shimmering light
My head grew heavy and my sight grew dim
I had to stop for the night
There she stood in the doorway
I heard the mission bell
And I was thinking to myself
this could be heaven or this could be hell
Then she lit up a candle and she showed me the way
There were voices down the corridor,
I thought I heard them say

Sur une autoroute du désert la nuit
Un vent frais dans mes cheveux
L’odeur chaleureuse du chanvre
S’élevant dans les airs
Au loin, droit devant, j’ai vu une lumière scintiller
Ma tête s’est alourdie et ma vue assombrie
J’ai dû m’arrêter pour la nuit
Elle était là sur le pas de la porte
J’ai entendu sonner la cloche de la mission
Et je me suis fait la réflexion
Ça pourrait être le paradis
Ou ça pourrait être l’enfer
Puis elle a allumé une bougie
Et m’a montré le chemin
Il y avait des voix au fond du couloir
J’ai cru les entendre dire

Welcome to the hotel California
Such a lovely place
Such a lovely face
Plenty of room at the hotel California
Any time of year, you can find it here

Bienvenue à l’hôtel California
Un si joli endroit
Un si joli minois
L’hôtel California n’est jamais complet
On peut trouver gîte ici tout au long de l’année

Her mind is Tiffany-twisted, she got the Mercedes bends
She got a lot of pretty, pretty boys, that she calls friends
How they dance in the courtyard, sweet summer sweat
Some dance to remember, some dance to forget

Elle est Tiffanysée et Mercedes-benzoïque
Elle a plein de très, très beaux gars
Qu’elle appelle ses amis
Comme ils dansent dans la cour
Douce sueur d’été
Certains dansent pour se souvenir
D’autres pour oublier

So I called up the captain,
Please bring me my wine
He said, We haven’t had that spirit here since nineteen sixty nine
And still those voices are calling from far away,
Wake you up in the middle of the night
Just to hear them say…

Alors j’ai appelé le capitaine
S’il vous plaît apportez-moi mon vin
Il a dit On n’a plus ce nectar ici
Depuis mil neuf cent soixante-neuf
Et toujours ces voix qui appellent de loin
Te réveillent au milieu de la nuit
Juste pour les entendre dire

Welcome to the hotel California
Such a lovely place
Such a lovely face
They livin’ it up at the hotel California
What a nice surprise, bring your alibis

Bienvenue à l’hôtel California
Un si joli endroit
Un si joli minois
Ils font la fête à l’hôtel California
Quelle bonne surprise
Trouve-toi une excuse

Mirrors on the ceiling,
The pink champagne on ice
And she said We are all just prisoners here
Of our own device
And in the master’s chambers
They gathered for the feast
They stab it with their steely knives
But they just can’t kill the beast

Des miroirs au plafond
Champagne rosé aux oranges Frappé, le champagne rosé
Et elle a dit: On n’est tous que des prisonniers ici
De notre propre fait
Et dans les apparts du maître d’hôtel
Ils se sont réunis pour festoyer
Ils ont beau la larder de coups de couteaux acérés
Ils ne peuvent tout bonnement pas tuer la bête

Last thing I remember, I was
Running for the door
I had to find the passage back
To the place I was before
Relax, said the night man,
We are programmed to receive.
You can check out any time you like,
But you can never leave!

La dernière chose dont je me souvienne
Je courais vers la porte
Il fallait que je trouve le passage
Pour retourner là où j’étais avant
Détendez-vous, m’a dit le veilleur de nuit
On est programmés pour recevoir
Vous pouvez régler la note quand vous voulez
Mais vous ne pourrez jamais partir

Bob Dylan et Bibiche

In English, French on 12/01/2011 at 8:38 pm

.

Damn those recurrent digital troubles! I babysat my IT whiz kid for two hours today and what works now within the back office setup through either Explorer, Google Chrome or Firefox still doesn’t work from the homepage of thaifiction.com, which means that it still is impossible for visitors to the site to preview-read the latest two offerings (Alphaville Hotel and Four Reigns). The other ‘teaser’ files are fine – go figure.
And that’s to say nothing of digital troubles at home with the retooled laptop: a belated surprise visit by my wizard of a neighbour this evening has finally lifted the curse on its PDF files and reestablished the connection with the printer.

All right, enough of that nonsense. Let’s have a vintage Dylan song for a change. ‘Just like a woman’ has known many variations in words throughout the years. You’ll find the version I prefer at videos.sapo.pt/QCpNLsqEoGNU6JHpPc58, but youtube.com/watch?v=yZJrACgsHEc&feature=related isn’t bad either: only different, a bit less coherent.

Just Like a Woman – Bob Dylan – 1966

Tout à fait comme une femme

Nobody feels any pain
Tonight as I stand inside the rain
Everybody knows that Baby’s got new clothes
But lately I see her ribbons and her bows
Have fallen from her curls

Personne ne ressent la moindre douleur
Ce soir alors que je suis debout sous la pluie
Tout le monde sait que Bibiche a des vêtements neufs
Mais ces derniers temps je vois que les rubans noués
À ses boucles de cheveux sont tombés

She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl

Elle accapare tout à fait comme une femme, oh ça oui
Elle fait l’amour comme une femme, oh ça oui
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine

Queen Mary, she’s my friend
Yes I believe I’ll go see her again
Nobody has to guess that Baby can’t be blessed
Till she sees finally that she’s like all the rest
With her fog, her amphetamine and her pearls

La reine Mary, c’est mon amie
Oui, je crois que je vais retourner la voir
Personne ne doit deviner que Bibiche ne peut être comblée
Tant qu’elle n’aura pas compris qu’elle est comme toutes les autres
Avec son brouillard, ses amphétamines et ses perles

She takes just like a woman, yes she does
She makes love like a woman, yes she does
And then she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl

Elle se sert tout à fait comme une femme, oui vraiment
Elle fait l’amour comme une femme, oui vraiment
Et puis elle souffre tout à fait comme une femme
Mais elle craque tout à fait comme une gamine

It was raining from the first
And I was dying there of thirst
So I came in here and your long-time curse hurts
But what’s worse is this pain in here
I can’t stay in here. Ain’t it clear that I just don’t fit?
Yes, I believe it’s time for us to quit
But when we meet again, introduced as friends
Please don’t let on that you knew me when
I was hungry and it was your world

Il pleuvait depuis le début
et je mourais de soif là dehors
Alors je suis entré et tes crampes récurrentes font mal
Mais le pire c’est la douleur ici dedans
Je ne peux pas rester ici. N’est-il pas évident
que ce n’est tout simplement pas ma place ?
Oui, je crois qu’il est temps qu’on se sépare
Quand on se rencontrera à nouveau
Amis pour la galerie
Je t’en prie ne dis pas que tu m’as connu quand
J’avais faim et que le monde était à toi

Ah, you take just like a woman, yes you do
You make love like a woman, yes you do
And then you ache just like a woman
But you break just like a little girl

Ah, tu te sers tout à fait comme une femme, oh oui alors
Tu fais l’amour comme une femme, oh oui vraiment
Et puis tu souffres tout à fait comme une femme
Mais tu fonds en larmes tout à fait comme une gosse

Bob Dylan et les enquiquineuses

In English, French, Reading matters on 02/01/2011 at 2:26 pm

.

Ça m’amuse de traduire des chansons, et plus encore de voir les efforts des autres sur la toile, parfois tordants – sans parler des exégèses délirantes que ces bouts rimés suscitent parfois.
Par exemple : ‘Rainy day women No. 12 & 35’ de Bob Dylan, que vous pouvez l’entendre glousser sur youtube.com/watch?v=sijN4Lt5c10.
Rien qu’au titre, on se dit que le they du texte doit se traduire par ‘elles’ – eh bien, non : les deux traductions trouvées sur la toile optent pour ‘ils’ – ‘Ils te jetteront la pierre’, dit l’une ; ‘Ils te défonceront’, dit l’autre – si bien que la chanson devient incompréhensible, paranoïaque, antitotalitaire, tout ce que vous voudrez, et perd sa charge misogyne manifeste.
Le titre proviendrait du proverbe biblique (27:15) ‘A continual dripping on a rainy day and a nagging wife are alike’ (‘Une épouse enquiquineuse c’est comme le plic-ploc continuel des gouttes un jour de pluie’). On dit de ces choses, dans la Bible…
Mais une autre version dit que Bob Dylan a écrit la chanson quand une femme de 35 ans et sa fille de 12 ans ont interrompu un enregistrement qu’il faisait un jour de pluie. Rainy day women indeed.
Le jeu de mots sur stone et get stoned est intraduisible : si j’opte pour ‘lapider’ – sinon ‘jeter la pierre’, cast the first stone –, ‘tout le monde doit se défoncer’ tombe à plat et ‘tout le monde doit se faire lapider’ serait loufoque ; il faut donc se résoudre à user de ‘défoncer’, et c’est bien dommage. M’enfin, voici :

Rainy day women No. 12 & 35 – Bob Dylan – 1966

Femmes dun jour de pluie Numéros 12 et 35

Well, they’ll stone you when you’re trying to be so good
They’ll stone you just like they said they would
They’ll stone you when you’re trying to go home
Then they’ll stone you when you’re there all alone
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned

Tu sais, elles te défonceront alors que t’essaies d’être parfait
Elles te défonceront comme elles disaient qu’elles le feraient
Elles te défonceront quand t’essaies de rentrer chez toi
Et puis elles te défonceront quand tu y es tout seul
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer

Well, they’ll stone you when you’re walking on the street
They’ll stone you when you’re trying to keep your seat
They’ll stone you when you’re walking on the floor
They’ll stone you when you’re walking through the door
But I would not feel so all alone
Everybody must get stoned

Tu sais, elles te défonceront alors que tu marches dans la rue
Elles te défonceront alors que t’essaies de garder ta place
Elles te défonceront quand tu marches dans la maison
Et puis elles te défonceront quand tu passes la porte
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer

They’ll stone you when you’re at the breakfast table
They’ll stone you when you are young and able
They’ll stone you when you’re trying to make a buck
They’ll stone you and then they’ll say, ‘Good luck’
Tell you what, I would not feel so all alone
Everybody must get stoned

Elles te défonceront pendant que tu prends le petit-déjeuner
Elles te défonceront alors que t’es jeune et capable
Elles te défonceront alors que t’essaies de te faire des ronds
Elles te défonceront et puis elles te diront Bonne chance
Laisse-moi te dire, moi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer

Well, they’ll stone you and say that it’s the end
Then they’ll stone you and then they’ll come back again
They’ll stone you when you’re riding in your car
They’ll stone you when you’re playing your guitar
Yes, but I would not feel so all alone
Everybody must get stoned

Tu sais, elles te défonceront et diront que c’est fini
Puis elles te défonceront et après elles reviendront
Elles te défonceront alors que tu es au volant
Elles te défonceront alors que tu joues de la guitare
Ouais, mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer

Well, they’ll stone you when you are all alone
They’ll stone you when you are walking home
They’ll stone you and then say they are brave
They’ll stone you when you’re set down in your grave
But I would not feel so alone
Everybody must get stoned

Tu sais, elles te défonceront même quand t’es tout seul
Elles te défonceront alors que tu rentres chez toi
Elles te défonceront et après elles diront qu’elles sont courageuses
Elles te défonceront quand on te mettra dans la tombe
Mais si j’étais toi j’me sentirais pas si seul
Tout le monde doit se défoncer

Take a sad song

In English, French, Reading matters on 11/12/2010 at 1:20 pm

.

I read last night on the net that ‘Hey, Jude’ was one of the ten best songs of the last century. I think not, but why not have a go at it to celebrate Constitution Day in the most constitution-plagued country of the world? Sad songs do come in different formats and can always be ‘made better’. You’ll find that one at youtube.com/watch?v=BDbHBuqJsTs&feature=related, as sung by Paul, da da da da yeah.

Hey Jude – The Beatles – 1968

Hé, Jude

Hey Jude don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better

Hé, Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et rends-la meilleure
Et pour commencer à la rendre meilleure
Souviens-toi de la laisser, elle, entrer dans ton cœur

Hey Jude don’t be afraid
You were made to go out and get her
The minute you let her under your skin
Then you begin to make it better

Hé, Jude, n’aie pas peur
T’es né pour la  faire tienne
Dès que tu l’auras, elle,  dans la peau
Tu commenceras à rendre la chanson meilleure

And any time you feel the pain, Hey Jude, refrain
Don’t carry the world upon your shoulders
For well you know that it’s a fool who plays it cool
By making his world a little colder
Da da da da da da da da da

Et chaque fois que t’as mal, hé Jude, laisse tomber
Ne porte pas le monde sur tes épaules
Car tu sais, n’est-ce pas, qu’y a qu’un idiot
Pour rester calme
En rendant son monde un peu plus froid
Da da da da da da da da da

Hey Jude don’t let me down
You have found her now go and get her
Remember to let her into your heart
Then you can start to make it better

Hé, Jude, je compte sur toi
Tu l’as trouvée,  alors vas-y, fais-la tienne
Souviens-toi de la laisser entrer dans ton cœur
Et alors tu pourras rendre la chanson meilleure

So let it out and let it in
Hey Jude begin
You’re waiting for someone to perform with
And don’t you know that it’s just you
Hey Jude you’ll do
The movement you need is on your shoulder
Da da da da da da da da da Yeah

Alors exprime-toi et sois réceptif
Hé, Jude, vas-y
T’attends quelqu’un avec qui te produire
Mais ne sais-tu pas que c’est juste toi
Hé, Jude, tu feras l’affaire
Le geste dont t’as besoin est sur ton épaule
Da da da da da da da da da ouais

Hey Jude don’t make it bad
Take a sad song and make it better
Remember to let her under your skin
Then you’ll begin to make it better
Better, better, better, better, better
Yeah, Yeah, Yeah

Hé, Jude, ne gâche pas tout
Prends une chanson triste et rends-la meilleure
Alors tu te mettras à faire mieux
Mieux, mieux, mieux, mieux, mieux
Ouais, ouais, ouais

Tant qu’on est jeunes

In English, French, Reading matters on 06/10/2010 at 6:44 pm

.

I discover that translating Bruce Springsteen is no lark in the park. His words are deceptively straightforward and yet often mean something else altogether. Here is an example, among his best-known songs, half a dozen French websites at least have tried to make sense of. You might think that ‘born to run’ means ‘né pour courir’. Well, not quite. Blame it on the fabled genius of the language. For the acoustic version of ‘way back when’, it’s at youtube.com/watch?v=ccKzusBCZKc. For latter-day collective hysteria go to youtube.com/watch?v=hKhwqhbF3tc.

Born to run – Bruce Springsteen – 1975

Faits pour foncer

In the day we sweat it out in the streets of a runaway American dream
At night we ride through mansions of glory in suicide machines
Sprung from cages out on Highway 9,
Chrome wheeled, fuel injected and steppin’ out over the line
Baby this town rips the bones from your back
It’s a death trap, it’s a suicide rap
We gotta get out while we’re young
‘cause tramps like us, baby, we were born to run

Le jour on sue le burnous dans les rues d’un rêve américain incontrôlé
La nuit on fonce à travers de splendides demeures dans des engins suicidaires
Surgis de cages sur l’A9,
Roues chromées, carburant injecté, et pied au plancher au mépris des limites
Chérie, cette ville t’arrache les vertèbres
C’est un piège mortel, c’est le suicide garanti
Faut qu’on en sorte tant qu’on est jeunes
Car des errants comme nous, chérie
On est faits pour foncer

Wendy, let me in, I wanna be your friend
I want to guard your dreams and visions
Just wrap your legs round these velvet rims
And strap your hands across my engines
Together we could break this trap
We’ll run till we drop, baby, we’ll never go back
Will you walk with me out on the wire
‘cause baby I’m just a scared and lonely rider
But I gotta find out how it feels
I want to know if love is wild, girl
I want to know if love is real

Wendy, accepte-moi, je veux être ton ami
Le gardien de tes rêves et de tes visions
Enroule juste tes jambes autour de ces rebords de velours
Et cramponne-toi à ma machine
Ensemble on pourrait échapper à ce piège
On courra jusqu’à n’en plus pouvoir, chérie, on ne fera jamais demi-tour
Vas-tu m’accompagner dehors sur le fil ?
Car, chérie, je ne suis qu’un routard effrayé et seulet
Mais je veux savoir ce qu’on ressent
Je veux savoir si l’amour est sauvage, petite
Je veux savoir si l’amour est réel

Beyond the palace hemi-powered drones scream down the boulevard
The girls comb their hair in rear-view mirrors
And the boys try to look so hard
The amusement park rises bold and stark
Kids are huddled on the beach in a mist
I wanna die with you, Wendy, on the streets tonight
In an everlasting kiss

Au-delà du palais, des drones propulsés HEMI descendent le boulevard en hurlant
Les filles se recoiffent dans les rétroviseurs
Et les garçons essaient d’avoir l’air dur
Le parc d’attractions se dresse, voyant et cru
Des gosses se blottissent sur la plage dans la brume
Je veux mourir avec toi, Wendy, dans les rues ce soir
D’un baiser sans fin

The highways jammed with broken heroes on a last chance power drive
Everybody’s out on the run tonight but there’s no place left to hide
Together, Wendy, we can live with the sadness
I’ll love you with all the madness in my soul
Some day, girl, I don’t know when, we’re gonna get to that place
Where we really want to go and we’ll walk in the sun
But till then tramps like us baby we were born to run

Les autoroutes encombrées de héros brisés en virée motorisée de la dernière chance
Tout le monde est sorti en cavale ce soir mais il ne reste plus un seul endroit où se cacher
Ensemble, Wendy, on fera avec la tristesse
Je t’aimerai de toute la folie de mon âme
Un jour, petite, je ne sais quand, on parviendra à cet endroit
Où on veut vraiment aller et on marchera dans le soleil
Mais en attendant, des errants comme nous, chérie, on est faits pour foncer