marcel barang

Archive for the ‘French’ Category

A non-poem by a non-writer

In English, French, Reading matters on 22/04/2015 at 6:29 pm

IMG_0080

De Phuket, Wiwat Lertwiwatwongsa m’envoie deux plaquettes : une longue nouvelle déjà traduite par moi en anglais (“Another day of 1984 happiness” – la nouvelle qui ouvre mon anthologie de nouvelles 2014) et un recueil de poèmes intitulé bien entendu Mai Chai Bot Kawee – (This is) not poetry.

Alors, pour passer le temps, j’ai traduit le tout premier non-poème, et, par habitude peut-être, c’est sorti en anglais :


History cursed to never reach old age – Wiwat Lertwiwatwongsa

History cursed to never reach old age
The month of May torn off all calendars
The first rays of dawn never remembered
The tuneless songs on many lips now vanished

Dreamers were mass-murdered in their sleep
Their blood has dried up the time it takes for dewdrops to evaporate
Man who has been cursed with freedom
Redeems his sins binding his legs with goodness

Only domestic animals believe that a cage is cosy
History which is old repeats itself for the seventy-sixth time
There is only sin – wash this slave super-clean
Feed me with deceptive words in the long journey to the truth

Going at the right target in the wrong way
With fragrant carnivorous flowers we never planted
I like your dream
Your eyes space-lost like a blind worm eating poison ivy
I like your beauty
Ripe like a fruit that falls to spoil and slowly turn putrid
I like your love
Hugging me tight like the embrace of a venomous snake
I like your memory
Because it is cleansed white like the skin peeled off a corpse

History has been cursed to never reach old age
Man has been cursed to seek freedom
We have been cursed to struggle
To struggle for victory time after time

Struggle alone is a victory in itself
Because there is only struggle until there is defeat a little at a time
There is only struggle of man young yet
Along the chain of history that never reaches old age

Téléféérique

In French on 14/04/2015 at 11:30 pm

Tout à l’heure sur TV5, enfin !, un film haut de gamme… et très petit budget : pas un rat dans les champs, pas un chat dans les rues du Paris de l’occupation et de l’existentialisme qui s’en suivit, rien que des cages d’escalier : Violette, la Leduc bien sûr, celle de La Bâtarde qui fut un de mes pavés de chevet voici un demi-siècle. Très petit budget, disais-je, et erreurs navrantes de casting : Violette ici est simplement moche voisine de palier ; la Leduc, Juive craquelée anguleuse, hideuse était, qui en fit sur le tard de sa vie un triomphe amer. Simonne de Beauvoir ici toute en os n’est ni belle ni ressemblante, et en plus on l’a campée pimbêche et pressée. Heureusement, me suis-je dit, qu’on ne nous a pas infligé le strabisme oculaire et la logorrhée métaphysicomaospontex de Jean-Sol Partre, l’idole de mes vingt ans que mon père, en communion quotidienne avec Dieu son père, traitait de Satan incarné. Nelson Algren n’y est point nommé, mais fort présent. Maurice Sachs, point ne sais, je n’étais pas né, mais Jean Genêt en revanche était pas mal campé, quoique pas si crapule. N’empêche : les citations choisies de la Leduc égrainées au fil du film crevaient l’écran de l’ouïe : oui, cette dame fut un grand écrivain, sans accord lesbien du sujet.

Si seulement… si seulement TV5 pouvait nous infecter un soir sur deux de telles insanités intellectuelles, comme le monde francophone serait beau ! Merci, les gaux.

Profession de foi

In French on 16/02/2015 at 7:49 pm

Avec un temps de retard, je suis avec plaisir sur YouTube tel ou tel segment d’On n’est pas couché[s] d’un ça-me-dit l’autre. L’émission du 7 février a fait fort à mes yeux, au moins grâce à deux orfèvres : l’économiste de service, Thomas Piketty, dont j’ai admiré l’industrie, l’intelligence, le franc-parler et la modestie, traits qui expliquent très bien le succès phénoménal de son Capital in the Twenty-First Century ; et surtout le bouffon de service, Nicolas Bedos, dont la diatribe contre la connerie religieuse m’a tellement réjoui que je la reprends à mon compte, gros mots, injures, outrances et blasphèmes compris, et en fais ma profession de foi. Amen.

Yeah, right!

In English, French, Reading matters on 02/02/2015 at 7:28 pm

Reading this morning in the Bangkok Post the review of my anthology 14 Thai short stories – 2014, I realised why it took eight weeks for the paper to come up with one: the editor must have had some trouble finding the right person and, de guerre lasse, must have decided to make do with Pimrapee Thungkasemvathana’s copy.

Ms Pimrapee T may be an excellent cub journalist. I’m not familiar with her writings, but judging from this text, it is quite clear she’ll never be a literary critic as she has no time for real literature, even though she got one thing right: the first and last stories are the best.

She dismisses no fewer than eight of the fourteen stories, to ‘be skipped altogether’ as a waste of her precious time. That this isn’t quite right isn’t just my impression. One friend, after reading her book review, wires back: ‘At last, but is it a balanced review?’ Another: ‘I found the article a bit strange — but let’s hope it helps you sell lots of copies anyway.’ (Yeah, right.) And a third: « Je ne sais pas si c’est moi, mais il m’a paru un peu sec. » You don’t say.

My latest fad

In English, French, Reading matters on 01/01/2015 at 12:54 pm

chansongs

This New Year’s Day, as of midday Bangkok time, my new blog is out:  CHANSONGS. The name says it all. Fifty-five song titles to begin with, with another hundred or more in the pipeline. The result of over two years of idle moments and alternative moods. Most titles have been selected not just out of love for the songs (some I can’t bear to hear) but because of the challenge of the lyrics.

Maybe this new set of English<>French translations will help me show I’m not just a craftsman of literary Thai translation who, now that he’s fallen on hard times, must show he’s also proficient in those lingoes. Either that or making ready for the last act.

Cheers everyone and a happy new year of the Goat. Prenons garde à ne pas devenir chèvre.

J’avais besoin de ça

In French on 02/11/2014 at 4:23 am

J’ai, de nuit, tout à l’heure écouté On n’est pas couchés (excuse me but I can’t deliberately rape my mother tongue’s grammar and feel good) un samedi plus tard dans le vrai d’hier émise sur YouTube. Ce fut un festival de grandes dames comme j’en ai rarement vues ensemble, l’Audrey Pulvar surtout, derrière ses mèches riches et ses dents parfaites, word perfect too en dépit des cernes de lunettes affligeant ses yeux, la Léa Salamé (adorable museau chevalin aux dents parfaites qui vieillira laide) et cette primesautière ministre de l’éducation aux dents affûtées parfaites qui sort de Hollande sait où, ah oui, Najat Vallaud-Belcacem, au nom qui sent couscous et merguez et qu’avait l’air vraie dans ses convictions. Toutes femmes que j’aurais voulu baiser aux joues, dessus dessous, et plus si affinités. Cette émission, ignoblement rabotée sur TV5 pour étrangers à une heure et demie et exilée à une heure du mat’ quand tout le monde en ce Bangkok dort, dure en fait plus de trois heures, c’est dire, plus qu’aucune autre jamais n’a mérité et survécu. Bon, j’ai laissé tomber les saltimbanques de la troisième heure, le chanteur à mise en plis du jour, les actrices en devanture et le psychiatre de sévices, mais pris mon pied tout cependant.

L’hôte, comment déjà, Ruquier Laurent, fut grand cru ce soir-là, du moins dans sa présentation assassine du
Flop Ten, si spirituel décapant qu’il me donna envie d’être – comment dit-on déjà ? – gai, I mean gay, séance tenante. Ensuite, il s’est surtout contenté de compter les points des débats avec des yeux de saurien et des rides de vieux beau.

Bref, pour un instant, moi qui depuis toujours me connais farang, à la rigueur européen, pour une fois me suis senti intrinsèquement français. C’est grave, docteur ?

 

‘Nevermind’ – Leonard Cohen

In English, French, Reading matters on 22/09/2014 at 9:05 pm

Hier c’était le quatre-vingtième anniversaire de Leonard Cohen ; demain sortira son dernier CD, « Popular Problems ». Voici une des chansons qui y figurent, intitulée ‘Nevermind’, ce qui veut dire ‘Peu importe’, je crois.

Never mind

The war was lost
The treaty signed
I was not caught
Across the line
I was not caught
Though many tried
I live among you
Well disguised

I had to leave
My life behind
I dug some graves
You’ll never find
The story’s told
With facts and lies
I have a name
But never mind

Never mind
Never mind
The war was lost
The treaty signed
There’s truth that lives
And truth that dies
I don’t know which
So never mind

[Singing in Arabic]

Your victory
Was so complete
Some among you
Thought to keep
A record of
Our little lives
The clothes we wore
Our spoons our knives

The games of luck
Our soldiers played
The stones we cut
The songs we made
Our law of peace
Which understands
A husband leads
A wife commands

And all of this
Expressions of the
Sweet indifference
Some called love
The high indifference
Some call fate
But we had names
More intimate

Names so deep
And names so true
They’re blood to me
They’re dust to you
There is no need
That this survives
There’s truth that lives
And truth that dies

Never mind
Never mind
I leave the life
I left behind
There’s truth that lives
And truth that dies
I don’t know which
So never mind

[Singing in Arabic]

I could not kill
The way you kill
I could not hate
I tried, I failed
You turned me in
At least you tried
You side with them
Whom you despise

This was your heart
This swarm of flies
This was once your mouth
This bowl of lies
You serve them well
I’m not surprised
You’re of their kin
You’re of their kind

Never mind
Never mind
I had to leave my
Life behind
The story’s told
With facts and lies
You own the world
So never mind

Never mind
Never mind
I live the life
I left behind
I live it full
I live it wide
Through layers of time
You can’t divide

My woman’s here
My children too
Their graves are safe
From ghosts like you
In places deep
With roots entwined
I live the life
I left behind

[First strophe repeated,
with Arabic singing in between]

The war was lost
The treaty signed
I was not caught
Across the line
I was not caught
Though many tried
I live among you
Well disguised

‘Nevermind’

In English, French, Reading matters on 22/09/2014 at 9:05 pm

Yesterday was Leonard Cohen’s 80th birthday; tomorrow, his latest CD, ‘Popular Problems’, will come out. Here is one of the songs in it, entitled ‘Nevermind’ and meaning ‘never mind’ I guess.

Ça ne fait rien

Guerre perdue
Traité signé
J’ai réussi
À passer la ligne
Pas vu pas pris
Tant d’autres ont essayé
Je vis parmi vous
Bien déguisé

J’ai dû laisser
Ma vie derrière moi
J’ai creusé des fosses
Que vous trouverez jamais
Histoire racontée
Avec faits et mensonges
J’ai bien un nom
Mais ça n’fait rien

Ça ne fait rien
Ça ne fait rien
Guerre perdue
Traité signé
Des vérités vivent
Et d’autres meurent
Je sais pas lesquelles
Alors ça n’fait rien

[chant en arabe]

Votre victoire
Fut si complète
Certains parmi vous
Ont pensé faire
L’inventaire
De nos petites vies
De nos frusques
Cuillères et couteaux

Des jeux de chance
De nos soldats
Des pierres qu’on taillait
Des chansons qu’on faisait
Notre loi de la paix
Qui comprend
Que le mari est devant
Et la femme commande

Et tout ceci
Comme autant d’expressions
D’une douce indifférence
Certains l’appelaient l’amour
La haute indifférence
Que certains appellent le sort
Mais on avait des noms
Plus intimes

Si intimes
Et si vrais
Qu’ils me sont sang
Qu’ils vous sont poussière
Point n’est besoin
Que ceci survive
Des vérités vivent
Et d’autres meurent

Ça ne fait rien
Ça ne fait rien
Je quitte la vie
Que j’ai larguée
Des vérités vivent
Et d’autres meurent

Je sais pas lesquelles
Alors ça n’fait rien

[chant en arabe]

Je pourrais pas tuer
Comme tu tues
Je pourrais pas haïr
J’ai essayé, pas pu
Tu m’as dénoncé
Du moins tu as essayé
Tu prends le parti
De gens que tu méprises

C’était ton cœur
Cet essaim de mouches
Ce fut jadis ta bouche
Ce bol de mensonges
Tu les sers bien
Ça ne m’étonne pas
Tu es des leurs
Tu leur ressemble

Ça ne fait rien
Ça ne fait rien
J’ai dû laisser ma vie
Derrière moi
Histoire racontée
Avec faits et mensonges
Tu possèdes le monde
Alors ça n’fait rien

Ça ne fait rien
Ça ne fait rien
je vis la vie
Que j’ai quittée
La vis à plein
Dans les grandes largeurs
A travers des couches de temps
Que tu ne peux traverser séparer

Ma femme est ici
Mes enfants aussi
Leurs tombes ne risquent rien
De goules comme toi
Dans des lieux profonds
Aux racines enchevêtrées
Je vis la vie
Que j’ai quittée

[Première strophe répétée,
avec chant en arabe intercalé]

Guerre perdue
Traité signé
J’ai réussi
À passer la ligne
Pas vu pas pris
Tant d’autres ont essayé
Je vis parmi vous
Bien déguisé

Le nouveau Saneh est tiré

In French, Reading matters on 05/04/2014 at 1:03 pm

seule saneh seuil

2013 in review

In English, French, Reading matters on 31/12/2013 at 10:53 am

The WordPress.com stats helper monkeys prepared a 2013 annual report for this blog.

Here’s an excerpt:

The concert hall at the Sydney Opera House holds 2,700 people. This blog was viewed about 11,000 times in 2013. If it were a concert at Sydney Opera House, it would take about 4 sold-out performances for that many people to see it.

Click here to see the complete report.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 114 other followers