marcel barang

Trouvaille que vaille

In Uncategorized on 13/04/2015 at 3:01 am

Cette nuit, au détour d’un traquenard de YouTube, je découvre les lèvres goulues, les jupes d’écolière et la voix somptueuse, jeune, coruscante et protéiforme indo-bougnoule de l’émolliente Indila, Indila Sedraïa. Elle fait jusqu’à cinq millions de clics au compteur, paraît-il, ce qui me branche tardif, non ? Avec elle, il faut Tourner dans le vide pour une Dernière danse, courir après son Run, run à traquer une Poussière d’empire, nonobstant le commentaire nunuche de la voix d’homme qui s’y croit pour faire plus mieux. Elle fait très Bollywood es Bab-el-oued, l’Algéroise. Mais elle m’émeut, cette môme, et ses tensions vocales me font bander, du plus vert de mes presque septante ans, comme on dit en Serbie.

Ceci pour dire que je ne suis pas mort, mais oisif, ces temps. Mortellement, du reste. Alors, un bon geste, quelqu’un ? Donnez-moi du boulot, texte à rafistoler, traduire, faire chanter – de quoi m’offrir un khao man kai de temps en temps, quoi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: