marcel barang

C’est la faute à Voekler (1)

In French on 21/07/2012 at 5:25 pm

=
Rebonjour de Bangkok. Je sors d’une cure sans sinécure. D’une cure de France. D’une cure de vélo. C’est la faute à Wiggins. C’est la faute à Voekler.

Ce fut dur. Suivre le Tour sur la toile à partir d’un autre coin de la planète demande une attention soutenue. D’abord trouver les bonnes adresses pour la retransmission en direct gratuite : une dizaine de chaînes couvrant les deux premières étapes ce week-end-là ont été promptement bloquées le lundi venu. Les rares qui ont survécu ont ici droit à une double épaisseur de pub : du pays qui retransmet et du pays qui reçoit. Autant d’encarts importuns qu’il faut subir les yeux fermés ou cliquer hors de vue après dix ou vingt secondes, le temps qu’un bitoniau pour ce faire apparaisse sur l’écran. Et puis il faut compter avec les aléas de la technique : selon les jours et les heures, les images se figent et les voix s’étranglent plus ou moins longtemps et, de toute façon, en moyenne toutes les vingt minutes, oups ! plus rien, il faut « rafraîchir », et va pour la pub thaïe.

Comme je dispose d’un grand écran, j’ai suivi la Grande Boucle avec plusieurs fenêtres ouvertes pour sauter de l’une à l’autre lors des pages de pub, ou choisir l’image la plus claire (mêmes images, retransmises avec entre elles des écarts de trois à dix secondes à partir de la source unique, franco-française, qui, elle, ne donne rien gratis aux expatriés : francetv.fr : ‘Cette vidéo est inaccessible sur votre territoire pour des raisons de droits de diffusion.’ Ben voyons.). L’avantage d’être multilingue…

De fait, j’ai suivi ce Tour presque uniquement en anglais – et m’en suis bien trouvé : les rares fois où, par inadvertance sans doute, pendant quelques minutes le son était français, j’ai compris à quel point les chroniqueurs qui sévissent chez nous sont médiocres comparés aux Britanniques – en l’occurrence David Harmon et Sean Kelly. Certes, l’accent du sud-ouest de Tartempion est aussi horripilant qu’est soporifique le babil irlandais monocorde de Sean Kelly, mais ce dernier est un puits de science sur les tactiques de la course dans lequel l’autre se noierait. Et demandez donc à Trucmuche de traduire de quatre langues des interviews en cours comme le fait tous les jours David Harmon. Alors que Wiggins et Froome et Cavendish dominent le lot jour après jour, ni David Harmon ni Sean Kelly n’infligent à leurs auditeurs des dithyrambes cocardiers comme le font les chroniqueurs France 2/France 3 au moindre dératé d’un pédaleur français. Grâce à ces deux comparses, je sais enfin pourquoi et comment les cale-pieds ne sont plus de rigueur, et bien d’autres trucs techniques, du casque profilé au plateau ovoïde, des braquets aux épaisseurs de pneus – bref, une cure de vélo, vous dis-je.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: