marcel barang

Taratatouille

In English, French on 03/06/2012 at 5:05 pm

=
Une fois n’est pas coutume : la programmation de TV5 laisse beaucoup à désirer en semaine et plus encore le samedi soir, où il faut, semble-t-il, du divertissement de mââsse genre Taratata repris de la 2, cette grand’messe commerciale où la grandeur des chanteurs se proclame au nombre de microsillons vendus, et la salle d’ouailles tout entière d’applaudir, allons braves cons ô mateurs, tout le monde aux bacs ; mais, dame, hier soir il s’agissait de Bob Dylan et d’une vingtaine de ses chansons, des immortelles aux trépassées.

L’ennui, disons-le tout de suite, c’est que c’était pas le Bob qui les chantait, mais une kyrielle d’artistes pour la plupart made in France, et on a même eu droit à deux versions jambon-beurre d’Hughes Orfraie Au Frais Auffray, plus je ne sais quelle chanson dans je ne sais quelle langue qu’ils se sont mis à trois (un crépu, un crêpelé et un hirsute) pour l’escagasser. Mais dans l’ensemble ce furent d’honnêtes performances de seconds couteaux. Avec des hauts de forme et des bas pas du tout résille.

Commençons par les hauts. La seule chanteuse qui m’a, comme on dit paraît-il de nos jours, bluffé c’est une certaine Ariane Moffatt, à surtout ne pas regarder mais à entendre : mazette, quel timbre ! et quelle compréhension profonde de ce qu’elle chantait ! Son ‘Don’t think twice’ fut presque mieux que l’original. Mention accessit pour un jeune couple mâle aux prénoms bien français, Patrice et Raphaël, vu la qualité de leur accent et de leur prestation.

En revanche, un certain Kalfon ferait bien de prendre des cours de diction en anglais, ou des cours d’anglais tout court. Quant à l’anglais Bryan Ferry, il devrait apprendre à chanter plutôt que de marmonner dans le micro en minaudant, que ce soit en solo ou avec Carla Bruni : ce duo-là n’est manifestement pas rodé, avec une absence notable de synchro entre eux en amorce de couplets et un accompagnement au piano bastringue qui couvrait en grande partie leur voix : je n’ai pratiquement rien entendu ni compris de cette chanson-là que je connais pourtant fort bien.

Et pour finir sur l’horreur absolue – non, pas les ouistitis qui tapaient sur quoi ? des casseroles ? pour affirmer leur personne alitée mais les hurlements horripilants et les postures loufoques d’une nonne défroquée tondue et timbrée qui, au demeurant, n’a pas massacré une chanson de Dylan mais une par lui jadis chantée, non mais ! Quelle imposture !

Au final – autre expression branchée –, je n’ai pas trop souffert mais j’aurais mieux fait de me fader Bob D, le vrai, sur YouTioub.

Pour me punir, je me suis infligé, presque dans la foulée, On n’est pas couché ni fort en orthographe et, surprise !, j’y ai pris mon pied, grâce au franc-parler d’un patineur en Figure libre et d’un dirty old man qui sait tout sur La Société pornographique et m’a enfin tranquillisé sur la longueur de mon pénis.

PS:

This morning, the Bangkok Post has a mega scoop on page 3: ‘King to open Rama XIII site’. For those unfamiliar with Thai royalty, the current king is Rama IX. His short-lived predecessor (and elder brother) was, you guessed it, Rama VIII. Ah, those pesky Roman numerals…

  1. Ariane Moffatt = auteur, compositeur et interprète d’origine canadienne.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: