marcel barang

Ah ! Gavroche

In French, Reading matters on 07/10/2011 at 1:10 pm

.

M’arrive la dernière livraison de Gavroche, dont je ne corrige désormais plus que l’éditorial – et encore : s’il m’est soumis au bon moment. Je l’ai parcouru d’un Bic attentif.

Du moins les titres et les sous-titres : guère plus de fautes qu’au temps où je sévissais et où, soit certains articles, titres, rappels de titres ou légendes ne m’étaient pas soumis, soit mes corrections étaient mal reportées, soit je me gourais.

La plus grosse (en termes d’octets), c’est « éxil » p. 54, en titre d’un papier sur les médias birmans, où on trouve aussi « Il s’agit aussi de savoir les repérer, de part leur allure, mais aussi de part… », « Son président (…) se dit ne pas être dupe », et, pour finir en beauté : « …Nous sommes tous fatigués de la propagande d’État. Je veux raconter aux Birmans son présent et son histoire », conclut Sam. » Ferait mieux de leur raconter les leurs, le Sam, et sans conclure.

Deux noms sont fâcheusement escagassés : « Raman V » (page de Sommaire, qui a bien besoin de normaliser l’usage des majuscules), en visite notamment « sur la butte Montmarte » (p. 51, note 4), et « Yingluk Shiawatra » (pp. 46-47), laquelle souffre aussi d’être androgyne (« la Premier ministre » – allons, encore un effort, les féministes !).

Des pages, je n’ai parcouru que mes favorites, juste assez pour relever « d’ici-là » (p. 21), « des mots d’enfants » et « tout azimut » (p. 22) ainsi que « la page (…) est refermée » (et le livre tourné) (p. 45).

Quant au papier de « une », peut‑être parce qu’il porte sur le couchsurfing (quel mot affreux !), il souffre de césurite anglo-saxonne aigue : « e- spoir » ; « vi- ennent » ; « devi- ennent » ; « je- unes » ; « rassur- ant » ; « sig- nifie » ; « prof- itable » ; et « sol- idaire » ; sans parler de « Çela » et d’une « Deuxième Guerre mondiale » qui, jusqu’à plus ample conflit, reste en français, heureusement, Seconde.

Bof, direz-vous, pas de quoi fouetter un red’ chef. Et l’équipe éditoriale fera sûrement fois la prochaine mieux. D’ailleurs, qu’importe : même crotté, même sur(f)-canapé, Gavroche est un bol d’air nécessaire sur les barricades de la francophobie.

  1. Et en première page de la version électronique on pourra lire ceci: “L’UFE fait une “soirée sympa” au restaurent Paris Bangkok’.

  2. Et un peu plus loin, à propos de la nouvelle bibliothèque de l’EFEO à Chiang Mai:
    “… (la bibliothèque)… propose l’accès à l’ensemble des ressources documentaires du Centre comprenant environ 50000 volume’.

    Au nombre de 50000, il me semble qu’un petit ‘s’ ne serait pas de trop!

  3. Mollo, JoJo : terrain glissant ! Quand on s’y met, on ne sait comment ni où ni quand s’arrêter. D’ailleurs, à premier écrémage, il y a aussi ‘ralier’, ‘a raporté’, ‘je me fait haïr’, ‘mais, j’ai’, ‘.Mais’, ‘etmai’, ‘photographereporter’, ‘Et bien’, ‘.Malgré’… C’est dire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: