marcel barang

Festival Cabrel – 10

In English, French, Reading matters on 30/01/2011 at 8:30 pm


Répondez-moi – Francis Cabrel – 1981

Answer me

Je vis dans une maison sans balcon, sans toiture
Où y’a même pas d’abeilles sur les pots de confiture
Y’a même pas d’oiseaux, même pas la nature
C’est même pas une maison

I live in a house without a balcony, without roofing
Where there aren’t even bees on jam pots
There aren’t even birds, not even nature
It isn’t even a house to speak of

J’ai laissé en passant quelques mots sur le mur
Du couloir qui descend au parking des voitures
Quelques mots pour les grands
Même pas des injures
Mais si quelqu’un les entend

As I passed by I left a few words on the wall
Of the corridor leading down to the parking floor
A few words for the grownups
Not even insults
But if someone hears them

Répondez-moi
Répondez-moi

Answer me
Answer me

Mon cœur a peur d’être emmuré entre vos tours de glace
Condamné au bruit des camions qui passent
Lui qui rêvait de champs d’étoiles, de colliers de jonquilles
Pour accrocher aux épaules des filles

Afraid of being walled in your icy towers
Condemned to the noise of passing trucks
My heart used to dream of fields of stars, of necklaces of daffodils
To hang round girls’ shoulders

Mais le matin vous entraîne en courant vers vos habitudes
Et le soir votre forêt d’antennes est branchée sur la solitude
Et que brille la lune pleine
Que souffle le vent du sud
Vous, vous n’entendez pas

But morning drags you at a run towards your routine
And at sunset your myriad aerials are plugged into loneliness
And even under full moon light
Even when the southern wind blows
You hear nothing

Et moi, je vois passer vos chiens superbes aux yeux de glace
Portés sur des coussins que les maîtres embrassent
Pour s’effleurer la main, il faut des mots de passe
Pour s’effleurer la main

As for me I watch your haughty icy-stared dogs
Borne on cushions their masters embrace
To touch hands lightly you need passwords
To touch hands lightly

Répondez-moi
Répondez-moi

Answer me
Answer me

Mon cœur a peur de s’enliser dans aussi peu d’espace
Condamné au bruit des camions qui passent
Lui qui rêvait de champs d’étoiles et de pluie de jonquilles
Pour s’abriter aux épaules des filles

Afraid of getting bogged down in so little space
Condemned to the noise of passing trucks
My heart used to dream of star fields and daffodil showers
To shelter by girls’ shoulders

Mais la dernière des fées cherche sa baguette magique
Mon ami le ruisseau dort dans une bouteille en plastique
Et les saisons se sont arrêtées aux pieds des arbres synthétiques
Il n’y a plus que moi

But the last remaining fairy is looking for her magic wand
My friend the brook sleeps in a plastic bottle
And the seasons have come to a stop at the foot of synthetic trees
The only one left is me

Et moi, je vis dans ma maison sans balcon, sans toiture
Où y’a même pas d’abeilles sur les pots de confiture
Y’a même pas d’oiseaux, même pas dans la nature
C’est même pas une maison

And I live in a house without a balcony, without roofing
Where there aren’t even bees on jam pots
There aren’t even birds, not even in nature
It isn’t even a house to speak of

youtube.com/watch?v=oFG4hBjdJI4

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: