marcel barang

Festival Cabrel – 6

In English, French, Reading matters on 23/01/2011 at 11:14 pm

.

Elle dort – Francis Cabrel – 2004

She’s sleeping

Elle danse sur des parquets immenses
Aussi luisants qu’un lac
Confuse dans les vents qui s’amusent
À sa robe qui claque
Ondulant comme une flamme
Ballerine, elle balance sans effort
Elle rentrera par le grand escalier
Qu’elle adore

She’s dancing on huge parquets
As shiny as a lake
Confused in the winds that play
With her flapping dress
Swaying like a flame
A ballerina she effortlessly swings
She’ll return by the grand staircase
She adores

Elle court par les ruelles autour
Dans les rires et les flaques
Légère par-dessus les barrières
Et les grilles des parcs
Ondulant comme une flamme
Elle s’envole au bras d’un conquistador
Sur la chaise mobile
Où lourdement pèse son corps
Elle dort

She’s running about surrounding lanes
Amidst the laughter and the puddles
Light over fences
And park railings
Swaying like a flame
She takes flight on a conquistador’s arm
On the wheelchair
Where her body heavily lies
She’s asleep

C’est l’histoire d’à peine une seconde
Enfin elle peut faire comme tout le monde
Poursuivre un oiseau, un ballon, un trésor
Mais elle dort attachée à un siège
Comme sur l’eau le bouchon de liège
Et toujours ce fil qui la ramène au bord

It’s a matter of a mere second
At last she can behave like one and all
Chase a bird, a treasure, a ball
But she’s asleep tied to a seat
As on water a cork
And always that thread that reels her back to the bank

Elle sort ni blessée ni fragile
Ni poupée de cristal
Dehors où le monde défile
À vitesse normale
Ailleurs dans d’autres costumes
Et debout surtout dans d’autres décors
Sur la chaise mobile
Où lourdement pèse son corps
Elle dort

She goes out neither wounded nor frail
Nor a crystal doll
Outside where the world unfolds
At normal stroll
Elsewhere in other costumes
And above all standing in other decors
On the wheelchair
Where her body heavily lies
She’s asleep

Elle dort comme on plonge dans un livre
Elle dort comme on commence à vivre
Surtout quand le monde accélère dehors
Mais elle dort attachée à son siège
L’enfant jamais descendue du manège
Elle aime ses heures brûlantes où elle pense
Qu’elle danse …
…Sur des parquets immenses
Aussi luisants qu’un lac…
Confuse dans les vents qui s’amusent
À sa robe qui claque

She’s sleeping as one delves into a book
She’s sleeping as one begins to live
Especially when the world speeds up outside
But she’s asleep tied to her seat
A child that never left the merry-go-round
She likes those burning hours when she thinks
She’s dancing
On huge parquets
As shiny as a lake
Confused in the winds that play
With her flapping dress

youtube.com/watch?v=zNGXlb-ZnII&NR=1

  1. tres belle melodie. C’est sur quel album ?

  2. Les beaux dégâts, 2004 (pas 2007 comme indiqué précédemment).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: