marcel barang

Pour cause de Chiens fous

In English, French, Reading matters on 13/01/2011 at 1:19 pm

.

C’est aujourd’hui que sort en librairie Les chiens fous de Chart Korbjitti, publié par Asphalte Éditions, qui est en train de se faire un nom en place de Grèves. Comme on peut voir sur leur présentation, aux bonnes feuilles traditionnelles ces futées (deux jeunes femmes qui ont du chien) ont ajouté une liste de tubes, choisis par l’auteur, qui vous mettent dans l’ambiance du roman.
Et devinez quoi ? Le premier titre revient à Bob Dylan, son ‘Rainy Day Women # 12 & 35’ de 1966, que, sans avoir consulté ni éditeur ni auteur, j’ai traduit l’autre jour (‘Bob Dylan et les enquiquineuses’).
Alors, la moindre des choses pour célébrer aujourd’hui cet événement majeur des lettres, c’est de puiser dans leur liste de dix tubes et ressusciter un autre smash hit de la décennie suivante : ‘Hotel California’, de qui déjà ? Ah, oui, The Eagles.

Here we go.

Hotel California – The Eagles – 1977

On a dark desert highway, cool wind in my hair
Warm smell of colitas rising up through the air
Up ahead in the distance, I saw a shimmering light
My head grew heavy and my sight grew dim
I had to stop for the night
There she stood in the doorway
I heard the mission bell
And I was thinking to myself
this could be heaven or this could be hell
Then she lit up a candle and she showed me the way
There were voices down the corridor,
I thought I heard them say

Sur une autoroute du désert la nuit
Un vent frais dans mes cheveux
L’odeur chaleureuse du chanvre
S’élevant dans les airs
Au loin, droit devant, j’ai vu une lumière scintiller
Ma tête s’est alourdie et ma vue assombrie
J’ai dû m’arrêter pour la nuit
Elle était là sur le pas de la porte
J’ai entendu sonner la cloche de la mission
Et je me suis fait la réflexion
Ça pourrait être le paradis
Ou ça pourrait être l’enfer
Puis elle a allumé une bougie
Et m’a montré le chemin
Il y avait des voix au fond du couloir
J’ai cru les entendre dire

Welcome to the hotel California
Such a lovely place
Such a lovely face
Plenty of room at the hotel California
Any time of year, you can find it here

Bienvenue à l’hôtel California
Un si joli endroit
Un si joli minois
L’hôtel California n’est jamais complet
On peut trouver gîte ici tout au long de l’année

Her mind is Tiffany-twisted, she got the Mercedes bends
She got a lot of pretty, pretty boys, that she calls friends
How they dance in the courtyard, sweet summer sweat
Some dance to remember, some dance to forget

Elle est Tiffanysée et Mercedes-benzoïque
Elle a plein de très, très beaux gars
Qu’elle appelle ses amis
Comme ils dansent dans la cour
Douce sueur d’été
Certains dansent pour se souvenir
D’autres pour oublier

So I called up the captain,
Please bring me my wine
He said, We haven’t had that spirit here since nineteen sixty nine
And still those voices are calling from far away,
Wake you up in the middle of the night
Just to hear them say…

Alors j’ai appelé le capitaine
S’il vous plaît apportez-moi mon vin
Il a dit On n’a plus ce nectar ici
Depuis mil neuf cent soixante-neuf
Et toujours ces voix qui appellent de loin
Te réveillent au milieu de la nuit
Juste pour les entendre dire

Welcome to the hotel California
Such a lovely place
Such a lovely face
They livin’ it up at the hotel California
What a nice surprise, bring your alibis

Bienvenue à l’hôtel California
Un si joli endroit
Un si joli minois
Ils font la fête à l’hôtel California
Quelle bonne surprise
Trouve-toi une excuse

Mirrors on the ceiling,
The pink champagne on ice
And she said We are all just prisoners here
Of our own device
And in the master’s chambers
They gathered for the feast
They stab it with their steely knives
But they just can’t kill the beast

Des miroirs au plafond
Champagne rosé aux oranges Frappé, le champagne rosé
Et elle a dit: On n’est tous que des prisonniers ici
De notre propre fait
Et dans les apparts du maître d’hôtel
Ils se sont réunis pour festoyer
Ils ont beau la larder de coups de couteaux acérés
Ils ne peuvent tout bonnement pas tuer la bête

Last thing I remember, I was
Running for the door
I had to find the passage back
To the place I was before
Relax, said the night man,
We are programmed to receive.
You can check out any time you like,
But you can never leave!

La dernière chose dont je me souvienne
Je courais vers la porte
Il fallait que je trouve le passage
Pour retourner là où j’étais avant
Détendez-vous, m’a dit le veilleur de nuit
On est programmés pour recevoir
Vous pouvez régler la note quand vous voulez
Mais vous ne pourrez jamais partir

  1. Bonjour! Une petite question: pourquoi traduisez-vous ‘The pink champagne on ice’ par ‘Champagne rose aux oranges’?

  2. 1. N’y a t’il pas là matière à interprétation au niveau de la signification du terme ‘ice’ dans ce contexte et (possiblement, mais là je ne sais vraiment pas) compte tenu de l’époque?

    2. Au reste, avec ‘le champagne rose aux oranges’, on perd le jeu de mots tel qu’il se présente à l’anglais et puis, ça fait un peu étrange comme phrase.

    3. Le champagne ne devrait-il pas être ‘rosé’ plutôt que ‘rose’?

    J.

  3. … Suite
    1. Je note que d’autres traducteurs ont choisi de traduire le terme ‘ice’ par ‘glace’. Une question d’interprétation donc. Comment, je veux dire, sur quelle base, faites-vous le choix d’utiliser un terme plutôt qu’un autre, et donc d’accorder un sens plutôt qu’un autre?

    J;

    • Rosé, le champagne : très juste. Quant à ‘champignons’, la traduction est affaire de choix et l’interprétation qui me semble la plus plausible penche vers la drogue (colitas), le trip – non merci, ni bordel ni secte comme j’ai lu sur le Net. Traduire ‘champagne on ice’ mot à mot supprime le sous-entendu. ‘Aux oranges’, je le concède, est trop recherché. Ailleurs, j’avais traduit par ‘frappé’, et c’était mieux, car le mot a plusieurs sens et ne privilégie pas forcément les amphètes.

  4. Merci pour vos commentaires…

    Traduire ‘champagne on ice’ au mot à mot constitue un non-sens il me semble: que je sache, on ne met pas de glaçons dans le champagne!!!

    Ceci dit, je suppose que si l’on veut conserver le sens de la phrase originale, sa ‘musicalité’ ainsi que son esprit, il faut quasiment la ré-écrire plutôt que tenter la traduire. Non?

    J.

  5. ‘Champignons’, plus haut ? Je voulais dire ‘oranges’ ! Décidément…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: