marcel barang

There is a war

In English, French, Reading matters on 11/12/2009 at 8:54 pm

 

Rarement nulles, disais-je des traductions en français de leonardcohensite.com, fort estimable par ailleurs.

C’est le cas de « There is a war », où Patrice Clos fait un contresens total : il ne s’agit pas de revenir d’une guerre mais d’y participer, en l’occurrence la guerre du quotidien, même si la chanson a été écrite pendant la guerre du Viêt-Nam (ce qui lui donne tout son sel). En aucun cas come on back to the war ne peut se traduire par « revenir de la guerre » (come back from the war). Suivent la version originale, la traduction de P. Clos et la mienne.

There Is A War [Leonard Cohen, 1975]

There is a war between the rich and [the] poor,
a war between the man and the woman.
There is a war between the ones who say there is a war
and the ones who say there isn’t.

Why don’t you come on back to the war, that’s right, get in it,
why don’t you come on back to the war, it’s just beginning.

Well I live here with a woman and a child,
the situation makes me kind of nervous.
Yes, I rise up from her arms, she says “I guess you call this love”;
I call it service.

Why don’t you come on back to the war, don’t be a tourist,
why don’t you come on back to the war, before it hurts us,
why don’t you come on back to the war, let’s all get nervous.

You cannot stand what I’ve become,
you much prefer the gentleman I was before.
I was so easy to defeat, I was so easy to control,
I didn’t even know there was a war.

Why don’t you come on back to the war, don’t be embarrassed,
why don’t you come on back to the war, you can still get married.

There is a war between the rich and poor,
a war between the man and the woman.
There is a war between the left and right,
a war between the black and white,
a war between the odd and the even.

Why don’t you come on back to the war, pick up your tiny burden,
why don’t you come on back to the war, let’s all get even,
why don’t you come on back to the war, can’t you hear me speaking?

[Traduction de Patrice Clos]

Il y a une guerre

Il y a une guerre entre les riches et les pauvres,
Il y a une guerre entre l’homme et la femme.
Il y a une guerre entre ceux qui disent
“Il y a une guerre” et ceux qui disent “il n’y a pas de guerre”.

Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, c’est vrai, vas y
Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, elle ne fait que commencer.

J’habite ici avec une femme et un enfant.
La situation me rend quelque peu nerveux.
Je me relève de son étreinte, elle dit :
“J’imagine que tu appelles ça l’amour.
J’appelle ça le service en chambre.”

Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, ne te conduis pas comme un touriste.
Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, avant qu’elle ne nous blesse,
Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, ayons tous peur.

Tu ne supportes pas de voir ce que je suis devenu,
tu préfères de loin le gentleman que j’étais avant.
J’étais si facile à vaincre.
J’étais si facile à contrôler.
Je ne savais même pas que c’était la guerre.

Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, ne sois pas gêné.

Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, tu peux encore te marier.

Il y a une guerre entre les riches et les pauvres,
Il y a une guerre entre l’homme et la femme.
Il y a une guerre entre la gauche et la droite,
la guerre entre les Noirs et les Blancs,
la guerre entre le pair et l’impair.

Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, ramasse ton léger fardeau.
Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, elle ne fait que commencer.
Pourquoi ne reviens-tu pas de la guerre, peux-tu m’entendre parler ?

[My take]

Il y a une guerre

Il y a une guerre entre les riches et les pauvres
une guerre entre l’homme et la femme
Il y a une guerre entre ceux qui disent qu’il y a une guerre
et ceux qui disent qu’il y en a pas

Pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, c’est bien ça, entre-z-y
Pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, elle ne fait que commencer

C’est que je vis ici avec femme et enfant
la situation me rend plutôt nerveux
Oui, je me relève d’entre ses bras, elle dit, « Je suppose que t’appelles ça amour ? »
J’appelle ça devoir conjugal

Pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, fais pas le touriste
pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, avant qu’elle nous fasse mal
pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, soyons tous nerveux

Tu peux pas supporter ce que je suis devenu,
tu préfères de beaucoup le gentleman que j’étais
J’étais si facile à vaincre, j’étais si facile à contrôler
je savais même pas qu’il y avait une guerre

Pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, faut pas te sentir gêné
pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, tu peux encore te marier

Il y a une guerre entre les riches et les pauvres
une guerre entre l’homme et la femme
Il y a une guerre entre la gauche et la droite
une guerre entre le noir et le blanc
une guerre entre l’impair et le pair

Pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, choisis ton menu fardeau
pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, qu’on soit tous quittes
pourquoi est-ce que tu retournes pas à la guerre, t’entends donc pas c’que j’te dis ?

  1. Bonjour,

    Je me réjouis d’avoir découvert votre blog et je souscris entièrement à votre interprétation de This is a War. Je participe régulièrement au forum français sur Leonard Cohen et m’intéresse beaucoup aux efforts de traduction de son travail. Je ne crois pas qu’il existe une traduction idéale, et je ne crois pas non plus qu’il y ait une possibilité d’édition collaborative. Je peux seulement repérer ici ou là une interprétation qui correspond à ce que j’avais moi même entendu.
    Je vous invite à découvrir le remarquable travail effectué sur le blog : les polyphonies de Polyphrène :
    http://polyphrene.blogspot.com/
    l’esperluette

  2. Bonjour, Marcel
    C’est avec intérêt et plaisir que je suis votre blog, d’autant que mon fils vit depuis plusieurs années à Bangkok.
    Concernant votre traduction de “There is a war”, je suis tout à fait d’accord avec votre interprétation et vos remarques, à ceci près que les traductions figurant sur le Site Français de Léonard Cohen, animé par Patrice Clos, sont dues à Jean Guilponeau, lequel n’en est pas au premier contresens.
    Pour ma part, je m’efforce de proposer des traductions respectant la rime et la métrique, de sorte que je dois m’éloigner un peu plus de l’original. Votre travail est donc essentiel.
    Bien cordialement
    Polyphrène

    http://leonard.cohen.polyphrene.fr/there-is-a-war

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: